Il fait beau et doux, en cette soirée du 3 juillet 1990. L'Italie et l'Argentine se disputent une place en finale de la Coupe du monde de football, au stade San Paolo de Naples. Partout ailleurs dans le pays, les gens se sont rassemblés devant la télévision. Comme par exemple à Rome, sur un quai du Tibre où l'on suit en retenant son souffle la séance décisive de tirs au but. Tout occupés par la folle dramaturgie des penalties réussis et surtout ratés, les supporters azzuri sont soudain arrachés à la triste défaite italienne par un double grand fracas. Une voiture vient de percuter le garde-fou du pon...