Laquelle surjoue un peu la veuve désorientée dans un film par ailleurs surdialogué qui cherche beaucoup le naturel mais peine souven...

Laquelle surjoue un peu la veuve désorientée dans un film par ailleurs surdialogué qui cherche beaucoup le naturel mais peine souvent à le trouver. Récit d'une reconnexion à soi, à son désir, à sa sensualité, L'Étreinte tend à s'égarer dans des affects théâtralisés qui montrent bien tout ce que cet exercice de mise à nu a d'artificiel. On préférait largement Béart l'an dernier dans la petite utopie farfelue de Jeanne Balibar (Merveilles à Montfermeil) plutôt que dans cette espèce de jusqu'au-boutisme un peu stérile censé nous remuer le ventre.