Le 24 mai dernier, Bong Joon-ho recevait la Palme d'or des mains de Catherine Deneuve, devenant le premier cinéaste coréen lauréat du plus prestigieux des prix de cinéma. Une récompense indiscutable, eu égard à la qualité de Parasite, son septième long métrage, un film qui avait eu le don de faire l'unanimité parmi les festivaliers (lire sa critique), mais aussi à un parcours entamé il y a une vingtaine d'années qui l'a imposé comme l'un des plus brillants réalisateurs en activité.
...