La salle est intitulée "Gods and Ancestors". En toute logique, elle déroule son lot de dieux et d'ancêtres. Passant sous une arcade, on y pénètre comme dans un sanctuaire non sans que la possibilité de se déchausser par respect ne traverse l'esprit. C'est à n'en pas douter le temps fort de Oceania, la nouvelle exposition de la Royal Academy qui célèbre les arts de Mélanésie, Micronésie et Polynésie à travers 200 oeuvres remarquables. L'atmosphère de cette section est particulière, à l'image d'un "continent" pas comme les autres. Pour preuve, les visiteurs les plus tonitruants y murmurent, tandis que les experts les plus loquaces y baissent d'un ton. Ainsi de Peter Bunt, maître de conférences à la Victoria University of Wellington et l'un des commissaires de l'événement, qui n'éprouve aucune gêne à évoquer son impuissance. En lieu et place des très pertinentes analyses dont ce spécialiste abreuvait l'audience dans les autres salles, il invite désormais tout un chacun à ressentir "la puissance de la pièce" et "l'évidence des chefs- d'oeuvre" qui se tiennent derrière les vitrines.
...