C'est l'histoire d'un gars qui était fan d'un groupe mythique du rock garage et qui s'est retrouvé presque par hasard à devoir les suivre durant leur tournée européenne lors de leur remontée sur scène après leur extinction des micros et des amplis. Ce gars, c'est Corentin Skwara, comédien formé à l'IAD que l'on a pu voir dans les spectacles de Jean-Michel d'Hoop ou Jasmina Douieb. Rockeur dans l'âme, il a la chance d'assister en 2015 au seul concert belge des Sonics, groupe de Tacoma, banlieue de Seattle aux États-Unis. Au début des années soixante, en deux albums, ils définissent les bases de ce qui sera appelé le rock garage. Après 4...

C'est l'histoire d'un gars qui était fan d'un groupe mythique du rock garage et qui s'est retrouvé presque par hasard à devoir les suivre durant leur tournée européenne lors de leur remontée sur scène après leur extinction des micros et des amplis. Ce gars, c'est Corentin Skwara, comédien formé à l'IAD que l'on a pu voir dans les spectacles de Jean-Michel d'Hoop ou Jasmina Douieb. Rockeur dans l'âme, il a la chance d'assister en 2015 au seul concert belge des Sonics, groupe de Tacoma, banlieue de Seattle aux États-Unis. Au début des années soixante, en deux albums, ils définissent les bases de ce qui sera appelé le rock garage. Après 40 ans de silence, ils ont décidé de remonter sur scène en 2007 et ressorti un album, étonnés de leur succès auprès de la jeune génération.Un peu éméché, en fin de gig, Corentin contacte par e-mail le management du groupe en demandant l'autorisation pour réaliser un film sur les routes d'Europe sur les riffs de The Witch et autres chansons emblématiques de la formation. Conscient de son audace, il n'en revient pas quand l'autorisation lui est donnée. Le hic: il n'a jamais filmé quoique ce soit... N'écoutant que son courage, l'acteur file sur une autoroute allemande en destination de retrouvailles étonnantes. De film, il n'y en aura sans doute jamais, au vu du résultat -disons-le- mitigé de la réalisation des images prises dans les coulisses et lors des concerts. Qu'importe, il en a fait un spectacle!BackstageSur un plateau pensé comme un garage de répétition de groupe de lycéens, Corentin Skwara nous raconte cette drôle d'aventure l'ayant mené pendant trois ans "de Londres à Berne, de Prague à Amsterdam, de Paris à Bologne". Avec l'envie de capturer ce qui fait qu'à plus de 70 ans, on décide de remonter sur scène. "On a 2 vies. Et la deuxième commence le jour où on comprend qu'on en a qu'une", disait Confucius. Courant sans cesse après le roadie du groupe, véritable nounou de ces papys rockeurs, le vidéaste improvisé tente de décrocher une interview avec Andy Parypa, le guitariste, Gerry Roslie, le vocaliste, ou Rob Lind, le saxophoniste, mais le cerbère taiseux reporte sans cesse. Les épisodes cocasses ne manquent pas entre couacs techniques et rendez-vous manqués. Pris en sympathie par le staff et les musiciens, Corentin aura un accès backstage inédit, notamment dans le tour bus.Si ce spectacle documente en images un retour inattendu dans l'histoire du rock, il le fait bien évidemment en musique (sur une création de Jeremy Alonzi du groupe The Experimental Tropic Blues Band), le comédien s'autorisant quelques percussions ou notes pour accompagner ses vidéos. Mais c'est aussi le récit de la passion d'un homme qui a beaucoup donné de sa personne, soutenu par femme et enfants dans son délire, conscient de la chance qu'il avait à pouvoir suivre ses icônes. Un joyeux et touchant voyage personnel sous forme de vlog qui enchantera aussi les non-initiés et prouvant que le rock traverse les générations. Anyway the wind blows...