Mostra: The Ballad of Buster Scruggs des frères Coen, inégal

THE BALLAD OF BUSTER SCRUGGS © DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

Produit pour Netflix, The Ballad of Buster Scruggs voit les frères Coen renouer avec un genre qui leur avait particulièrement souri dans No Country for Old Men: le western.

L’approche est toutefois différente, puisque le film, qui devait à l’origine être décliné en mini-série, se compose de six épisodes revisitant le mythe de la Frontière. Bien engagée, l’affaire se révèle toutefois fort inégale: si les deux premiers chapitres – l’un donnant son titre à cette compilation, et s’attachant à un cow-boy chantant (Tim Blake Nelson) doublé d’un as de la gachette; le suivant, Near Algodones, exposant un braqueur de banque (James Franco) à une résistance inattendue – sont du Coen pur jus, carburant sans modération à l’humour noir, les quatre autres peinent à maintenir le cap.

Prospecteur (Tom Waits) en quête du bon filon, caravane en route pour l’Oregon sous la menace des Indiens… Il y a là une anthologie du folklore du Far-West que les cinéastes embrassent le regard en coin, relevé d’une solide dose de cruauté. Mais si leur sens de la mise en scène n’est plus à souligner, le rythme est aux abonnés absents, l’intérêt déclinant à mesure que les chapitres s’enchaînent paresseusement, jusqu’à épuiser la formule du film à sketches…

Partner Content