Critique | Cinéma

[le film de la semaine] Don’t Look Up (Déni cosmique): l’heureuse surprise d’Adam McKay

Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

Des films sur la fin du monde, il s’en produit à la pelle, recyclant sans beaucoup d’imagination des figures désormais éculées de dévastation. C’est dire l’heureuse surprise que constitue Don’t Look Up (Déni cosmique), satire au réalisme décoiffant et au casting rutilant d’Adam McKay.

Des films sur la fin du monde, il s’en produit à la pelle, recyclant sans beaucoup d’imagination des figures désormais éculées de dévastation. C’est dire l’heureuse surprise que constitue Don’t Look Up (Déni cosmique), satire au réalisme décoiffant et au casting rutilant d’Adam McKay. Tout commence lorsque Kate Dibiasky (Jennifer Lawrence), une étudiante en astronomie du Michigan, découvre qu’une comète s’apprête à détruire la Terre. Et de tenter avec son mentor, le docteur Randall Mindy (Leonardo DiCaprio), d’alerter les dirigeants et l’opinion. Pour se heurter à la suffisance de la présidente des États-Unis (Meryl Streep), surtout préoccupée par les élections de mi-mandat, et à l’indifférence des médias, trop occupés à brasser du vent, nul ne les prenant au sérieux alors que le compte à rebours fatal est enclenché… Après avoir brillamment décrypté la crise financière de 2008 dans The Big Short, Adam McKay nous tend aujourd’hui un miroir bien peu déformant. Difficile de ne pas voir dans le mur de stupidité auquel se heurtent ces deux héros improbables une référence aux climato-sceptiques et autres conspirationnistes de tout poil, à quoi le film ajoute une critique acide des médias, des réseaux sociaux et autres géants du Web. Si elle n’est pas toujours subtile, la satire, féroce, est redoutablement efficace, d’autant plus parlante qu’ancrée dans le réel. McKay ajoute au trait souvent acéré un sens du tempo affûté, auquel un casting d’enfer -il y a encore Cate Blanchett, Jonah Hill, Ariana Grande et Timothée Chalamet – ajoute un surcroît de piquant. On n’avait pas vu fin du monde aussi stimulante (mais affolante) depuis le Melancholia de Lars von Trier

D’Adam McKay. Avec Jennifer Lawrence, Leonardo DiCaprio, Meryl Streep. 2 h 25. Sortie: 08/12. dès le 24/12 sur Netflix. ****

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content