Critique | Cinéma

[critique ciné] Les Animaux fantastiques: les Secrets de Dumbledore : l’éternel combat du Bien contre le Mal

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

Meilleur que le précédent film de la franchise, particulièrement faiblard il est vrai, Les Secrets de Dumbledore démarre fort avant de s’empêtrer dans les longueurs et les répétitions de sous-intrigues pas toujours nécessaires.

Mads Mikkelsen remplace avantageusement Johnny Depp dans la peau du mage noir Gellert Grindelwald pour ce troisième volet dont l’intrigue résonne avec les heures les plus sombres de l’Histoire sans pour autant sacrifier une certaine légèreté de ton. Meilleur que le précédent film de la franchise, particulièrement faiblard il est vrai, Les Secrets de Dumbledore démarre fort avant de s’empêtrer dans les longueurs et les répétitions de sous-intrigues pas toujours nécessaires. S’il rejoue bien sûr l’éternel combat du Bien contre le Mal, c’est aussi pour mieux s’attacher à des enjeux humains qu’un évident trop-plein d’effets spéciaux ne parvient heureusement pas à étouffer tout à fait. Deux épisodes de la saga sont encore dans les tuyaux.

De David Yates. Avec Eddie Redmayne, Jude Law, Mads Mikkelsen. 2 h 22. Sortie: 06/04. **(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content