Critique | Cinéma

[critique ciné] La Vraie Famille, d’une profonde justesse

Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

Pour son deuxième long métrage, Fabien Gorgeart s’est inspiré de son expérience personnelle puisque sa mère était assistante familiale.

Depuis ses 18 mois, Simon (Gabriel Pavie), 6 ans désormais, vit aux côtés d’Anna (Mélanie Thierry), Driss (Lyes Salem) et leurs deux enfants, sa famille d’accueil. Le jour où Eddy (Félix Moati), son père biologique, exprime le désir de récupérer la garde du garçon, cette dernière n’a d’autre option que de se préparer à le laisser partir. Un déchirement, pour Anna en particulier, qui avait surinvesti leur relation, comme pour l’enfant… Pour son deuxième long métrage, Fabien Gorgeart (Diane a les épaules) s’est inspiré de son expérience personnelle puisque sa mère était assistante familiale, leur famille ayant accueilli un enfant placé pendant plusieurs années. D’où, sans doute, le sentiment de profonde justesse qui émane de ce drame vibrant, dans lequel le réalisateur évite les écueils du film à thème pour s’inscrire du côté de l’humain, non sans veiller à traduire toute la complexité de la situation. À quoi Mélanie Thierry apporte une densité tout simplement exceptionnelle.

De Fabien Gorgeart. Avec Mélanie Thierry, Lyes Salem, Félix Moati. 1h42. Sortie: 16/02. ***(*)

Lire également notre interview de Fabien Gorgeart.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content