Le vinyle le plus cool du monde, et une machine pour en presser chez soi

05/01/15 à 13:49 - Mise à jour à 14:08

DJ QBert a sorti un vinyle dont la pochette peut servir de mixette, tandis qu'un projet de machine à graver les vinyles à la maison est sur le point d'être commercialisé. Tout va bien au pays de l'or noir.

Le vinyle le plus cool du monde, et une machine pour en presser chez soi

La pochette du double vinyle de DJ Q-Bert fait office de table de mixage. © capture d'écran YouTube

Le marché du vinyle se porte bien, merci pour lui. En 2014, les ventes ont même augmenté de 50%, même si celles-ci restent marginales par rapport aux CD, mp3 et streaming dans un secteur en crise. Et si certains artistes sont naturellement enclins à en vendre des camions (Jack White a vendu le plus d'exemplaires de son LP Lazaretto sur une année qu'on ne l'a fait depuis 1994 et le Vitalogy de Pearl Jam), le support n'est pas pour autant idéal dans tous les cas, comme le rappelle judicieusement Slate.

Pourtant, deux événements observés ce week-end risquent bien de porter la gloire du vinyle encore un peu plus haut. Le premier, c'est ce vinyle ultra-collector que DJ QBert a sorti pour son nouveau et double album, Extraterrestria/Galaxxxian. Particularité du disque: sa luxueuse pochette se transforme en table de mixage, moyennant un smartphone et une connexion Bluetooth. Le tout, aussi bluffant que ludique, est expliqué et démontré dans la vidéo ci-dessous. Pour acquérir un exemplaire par contre, il faudra soit être très chanceux sur le marché de seconde main, soit prier très fort pour qu'une réédition ait lieu: tous les disques ont été pré-vendus via la campagne de crowdfunding du disque sur Kickstarter...

Le second événement peut se résumer à un chiffre: 6750. Soit, en dollars, le prix de vente annoncé du Desktop Record Cutter, machine à graver les vinyles chez soi. Sachant que son équivalent industriel frôle les 50.000$ et que les firmes de pressage s'en arrachent les derniers exemplaires disponibles (jusqu'aux pièces de rechange), l'invention a de quoi faire parler d'elle. Pas de duplication industrielle, non: la technique est plutôt à envisager comme hybride entre l'imprimante 3D et l'enregistreur cassette. Et l'engin, financé via Kickstarter, dépasse à peine... la taille d'une platine traditionnelle.

Le DRC (Desktop Record Cutter)

Le DRC (Desktop Record Cutter) © Machina.pro

>> À voir également: notre diapo '25 vinyles à l'apparence originale'

En savoir plus sur:

Nos partenaires