[Critique ciné] Thelma, un thriller surnaturel

28/11/17 à 10:37 - Mise à jour à 10:39
Du Le Vif Focus du 24/11/17

THRILLER PSYCHOLOGIQUE | Joachim Trier questionne la foi et le désir dans un thriller surnaturel racé.

[Critique ciné] Thelma, un thriller surnaturel

On n'attendait guère Joachim Trier, l'auteur de l'étincelant Oslo, 31 août, sur le terrain du thriller surnaturel. Après une diversion américaine moyennement concluante (Louder Than Bombs), le cinéaste norvégien s'y essai pourtant avec Thelma, pour signer une nouvelle variation autour de l'aliénation et de la découverte de soi. Soit l'histoire de Thelma (Eili Harboe), jeune fille réservée quittant son environnement familial dévot pour s'en aller étudier à Oslo, où son attirance pour Anja (Kaya Wilkins), une condisciple, va rompre sa solitude, en un éveil sensuel que son éducation réprouve. Mais alors qu'elle tente de réprimer ses sentiments, c'est pour se découvrir en proie à des crises psychogènes violentes, le corps bientôt parcouru d'ondes libérant d'étranges pouvoirs... Thriller psychologique sous influence -à celle de Marnie, d'Hitchcock, dont Trier confesse s'être inspiré du trauma d'enfance, on ajoutera bien sûr Carrie, de Brian De Palma-, Thelma n'en porte pas moins la griffe d'un réalisateur qui accommode le cinéma de genre à son style élégant et virtuose, adoptant une distance glacée comme pour mieux dispenser le trouble. Lequel ne manque pas d'opérer, aiguisé encore par l'ambiguïté émanant d'Eili Harboe, proprement envoûtante, mais aussi le sens affûté du (faux) rythme et de la composition du réalisateur, qui laisse là libre cours à un imaginaire fascinant...

De Joachim Trier. Avec Eili Harboe, Kaya Wilkins, Henrik Rafaelsen. 1h56. Sortie: 29/11. ***(*)

>> Lire également notre interview de Joachim Trier.

Nos partenaires