Critique ciné: Life, d'Anton Corbijn

24/09/15 à 12:12 - Mise à jour à 25/09/15 à 14:04

Source: Focus Vif

Après le portrait de Ian Curtis dans Control, le photographe renommé Anton Corbijn s'attèle à celui de James Dean. Au-delà du biopic classique.

Critique ciné: Life, d'Anton Corbijn

Life - Dane DeHaan et Robert Pattinson © Caitlin Cronenberg

Photographe renommé, Anton Corbijn avait entamé son parcours de cinéaste par Control, portrait éminemment personnel de Ian Curtis, le chanteur de Joy Division. Il s'attèle, pour son quatrième long métrage, à celui d'une autre icône de la pop culture, James Dean, envisagé à travers le prisme de la relation qu'il devait nouer, encore débutant, avec... le photographe Dennis Stock. L'histoire s'ouvre en 1955, lors d'une party donnée par Nicholas Ray pour le lancement de la production de Rebel without a Cause. Avisant, au bar du Château Marmont, un jeune acteur inconnu respirant l'ennui -James Dean (Dane DeHaan, tout en attitude plutôt qu'en mimétisme), qui d'autre?-, Dennis Stock (Robert Pattinson, crédible) pressent qu'il tient là le sujet à même d'asseoir sa réputation de photographe. Et de harceler la star en devenir (East of Eden ne sortira qu'un peu plus tard), qu'il suit de L.A. à New York, et puis jusqu'à la ferme de l'Indiana où il avait grandi, alors même que Dean essaye de se soustraire à la célébrité qui lui tend les bras.

Auscultant la dynamique paradoxale de leur relation, et l'amitié inattendue qui en résultera, Corbijn en livre le film sensible, inscrit dans les plis d'une légende que le reportage de Stock, publié dans Life, alimentera d'ailleurs. Soit une oeuvre vintage et classieuse, film en demi-teinte allant au-delà du biopic classique pour vibrer d'une onde délicatement mélancolique, tout en donnant à découvrir James Dean à rebours du mythe; à croire qu'il fallait l'objectif d'un photographe pour cerner l'individu au-delà des clichés.

D'Anton Corbijn. Avec Dane DeHaan, Robert Pattinson, Ben Kingsley. 2h. Sortie: 23/09.

>> Lire également nos interviews d'Anton Corbijn et Dane DeHaan (abonnés).

Nos partenaires