Un couple lance une collecte pour acheter les droits de « Last Christmas » et se débarrasser du morceau

Wham Concert In London, Britain - 1985, Wham (Photo by Brian Rasic/Getty Images) © Brian Rasic / GETTY IMAGES

Fatigués d’entendre le morceau de Wham! chaque année de début novembre à fin décembre, deux suédois ont eu l’idée de lancer un crowdfunding afin d’en acquérir les droits. Ils ont l’intention de supprimer le morceau des plateformes et d’enterrer le mastering original dans un site d’enfouissement de déchets nucléaires en Finlande. Vous avez dit rageux ?

On a déjà tous vécu cette sensation de rejet d’un morceau qu’on a trop entendu, que ce soit parce qu’on l’a paramétré comme réveil, parce qu’il passe à la radio en permanence ou à cause d’un coup de coeur qui finit par s’estomper au fil des écoutes. Pour Hannah et Tomas Mazetti, ce simple dégoût s’est transformé en véritable aversion pour Last Christmas, le tube de Wham! sorti en 1986. Au point de prendre les choses en main pour ne plus devoir se farcir le morceau chaque fin d’année.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Trop plein

L’histoire commence une petite quinzaine d’années auparavant. Hannah, à l’époque étudiante, travaillait simultanément dans un café du côté d’Oxford pour l’aider à payer ses factures. Le patron des lieux, mélomane avéré mais peut-être pas détenteur du bon goût, avait un CD gravé pour la saison des fêtes, rempli de hits de Noël, dont le fameux Last Christmas, chanté par le regretté George Michael. « Le patron n’était là que de temps en temps, donc il ne se rendait pas compte de notre lente agonie à entendre le morceau 111 fois par jour« , a raconté la peintre à SWNS. Depuis, impossible pour elle de laisser la musique toucher ses tympans sans criser. Mais l’an dernier, à l’encontre d’une discussion avec des amis, Hannah et son mari se sont demandés combien ils pourraient payer pour ne plus jamais avoir à entendre le morceau. Résultat : beaucoup d’argent.

Le souvenir de cette discussion est remonté en novembre dernier, lorsqu’ils ont commencé à réentendre Last Christmas. Et une nouvelle donnée est entrée en jeu : « Quelqu’un nous a dit qu’il était théoriquement possible d’acheter les droits du morceau et de le retirer des plateformes de streaming« . Ni une, ni deux, les Mazettis ont lancé leur campagne de dons, qui a déjà dépassé les 60 000 dollars. Cela dit, pas de quoi inquiéter les ayants droit du tube des années 80 : selon Warner Chappell Music UK, ils devraient réunir entre 15 et 20 millions de livres pour espérer acquérir le morceau.

Le couple précise toutefois que, bien que la chanson de Noël soit devenue leur némésis, ils n’éprouvent aucune haine envers George Michael ou le groupe Wham!. « C’est seulement parce que le morceau est diffusé 5000 fois par jour. On pense que quelque chose doit être fait pour les gens qui souffrent comme nous« , ajoute Mazetti dans les colonnes du média anglais. « Certaines personnes aiment écouter cette musique 500 fois par jour et ces gens-là sont nos ennemis« .

Si, par miracle, ils arrivent à leurs fins, les deux résidents de Göteborg comptent donc retirer le morceau de tous les sites de streaming audio, mais également enterrer l’enregistrement d’origine dans un site d’enfouissement de déchets nucléaires en Finlande. Pas sûr que cela plaise à Andrew Ridgeley ou aux descendants de George Michael…

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content