The Black Keys – “Dropout Boogie”

© National
Philippe Cornet
Philippe Cornet Journaliste musique

On me souffle à l’oreille, “ qu’il n’y a rien de nouveau sur ce onzième album des Black Keys. Un peu comme si on avait reproché à John Lee Hooker de ne pas faire du Yvette Horner. C’est vrai, l’innovation n’est pas la qualité majeure de ces dix morceaux humides, de juke-box contaminé par l’électricité éternelle du Mississippi. Mais le plaisir est bien là, cru et poivré. Des musiques suffisamment vieilles que pour ne jamais être déclassées. Il y a bien un bon solo de guitare de Billy F. Gibbons (ZZ Top) sur le dénommé Good Love, mais Dan Auerbach, quand il laisse pisser ses cordes, n’a rien à craindre de Jack White. Plus trop hip ces jours-ci, le duo s’avère drôlement efficace au rayon des intemporelles musiques qui collent, attachent et restent en mémoire.

Distribué par Warner Music.

7

Partner Content