Critique | Séries/Télé

Le monde de demain, la série qui retrace l’éclosion de NTM

4 / 5
© jean-claude Lother/Les films du bélier/Arte
4 / 5

Titre - Le Monde de demain

Genre - Biopic musical

Réalisateur-trice - Katell Quillévéré, Hélier Cisterne, Vincent Poymiro et David Elkaïm

Quand et où - Disponible dès maintenant sur Arte.tv

Année - 2022

Casting - Anthony Bajon, Melvin Boomer, Andranic Manet

Nicolas Bogaerts Journaliste

Katell Quillévéré et Hélier Cisterne revisitent l’éclosion du hip-hop en France. Une saga ébouriffante et addictive.

En six épisodes, Katell Quillévéré (Réparer les vivants) et Hélier Cisterne (Vandal) composent un récit euphorisant, qui voit l’explosion difficile mais jouissive du rap et de sa culture, au milieu des années 80. Décidés à arracher la reconnaissance du terreau inerte de leurs milieux d’origine, Didier Morville et Bruno Lopes se toisent sur le bitume avant de vivre le coup de foudre sur l’esplanade du Trocadéro. Respectivement fils de père violent et fils de maçon, l’un et l’autre souhaitent éclater la case qui leur est promise. Daniel Bigeault revient lui des États-Unis obsédé par la culture du deejaying qu’il tente contre vents et marées d’imposer en France. Ils deviendront JoeyStarr, Kool Shen et DJ Dee Nasty, fers de lance d’un mouvement qui va balayer la France pour les décennies à venir.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Le Monde de demain n’a rien d’une marche triomphale. Le déterminisme social et ses reproductions, les biais racistes, la cécité et la surdité ambiantes, la morgue et l’autodestruction sont autant de barrières à exploser. Le scénario puise la richesse de son contexte dans l’enquête fascinante de Vincent Piolet sur la naissance du hip-hop français durant les années 1980 (Regarde ta jeunesse dans les yeux, Le Mot et le Reste, 2017). On voit comment le rap, de gadget jetable de la culture pop et télévisuelle, se métamorphose en commentaire social, politique, festif, lorsqu’une poignée de gars et de filles de Seine-Saint-Denis s’emparent de ses codes, sans rien lâcher. Et c’est toute une frange de la jeunesse française qui sort de l’invisibilité, des marges, pour prendre la lumière et essaimer.

© National

Les réalisateurs captent l’énergie féroce et l’élan vital des acteurs de ce basculement et resserrent les liens avec un sujet qu’ils maîtrisent diablement. La débrouille, le labeur, la créativité volcanique sont filmés dans une chorégraphie constante, alternant tensions, délivrances, coups du sort et virulences extatiques. Supervisé par Dee Nasty, Kool Shen et JoeyStarr, ainsi que DJ S (premier producteur de NTM), la minisérie est une plongée érudite, explosive, sincère dans les années fondatrices du hip-hop en France. Elle explore le mouvement dans toute son amplitude, racontant de manière chorale autant d’éléments qui ont contribué à son avènement: son, graffiti, danse, deejaying, radio, ces extractions et expressions du langage et du vécu de la rue, de la cité, des marges. Un tourbillon dans lequel leurs actrices et acteurs plongent avec une évidente avidité: Anthony Bajon est captivant en Kool Shen tandis que le jeune danseur inconnu Melvin Boomer enfile à la perfection la panoplie de JoeyStarr, cousue de bruit et de fureur.

Partner Content