Serait-ce parce qu'elle partage ses gênes avec Jean-Paul Rappeneau que l'Elisabeth du même nom, malgré le format téléfilm, parvient à dégager de ses acteurs une véritable émotion? Le format, comme on le soulignait, ne permet forcément pas à J'ai peur d'oublier de décoller véritablement. Mais la confrontation entre Clémentine Célarié et Daniel Russo, qui peuvent parfaitement jouer comme des pieds à l'occasion (et l'ont largement prouvé par le passé), démontre que la soeur de Jean-Paul a la direction d'acteurs bien ancrée en elle. L'histoire est tirée du bouquin éponyme, celui de Fabienne Piel. A 45 ans, cette mère de famille, chef d'entreprise, allait être précocement touchée par la maladie d'Alzheimer. Une maladie que l'on imagine uniquement liée à la vieillesse. La déchéance de Fabienne est entrecoupée de périodes de lucidité. D'où cette peur d'oublier...

Désarroi

Librement adapté de cette touchante histoire, le téléfilm prend le chemin d'un road-movie où, perdue dans un supermarché, Fabienne va croiser la route d'un marginal un peu voleur, un peu paumé. Flairant le bon coup à jouer, Paul (Daniel Russo, plutôt convaincant) va emmener sa nouvelle camarade dans une épopée emprunte d'oubli, d'angoisse et de menace: sur son téléphone portable, Fabienne s'envoie régulièrement des messages lui rappelant qu'elle doit mourir. Clémentine Célarié réussit, sur la longueur, à exprimer tout le désarroi que cette femme peut ressentir quand fuit à grand pas cette mémoire fissurée. Le reste est un peu plus inégal, mais dans l'ensemble, cette fiction délivre avec beaucoup d'à-propos sa ration d'émotions.

Guy Verstraeten

J'AI PEUR D'OUBLIER, TÉLÉFILM D'ELISABETH RAPPENEAU. AVEC CLÉMENTINE CÉLARIÉ, DANIEL RUSSO, PATRICK CATALIFO. ***

Ce mercredi 21 septembre à 20h35 sur France 2.

Serait-ce parce qu'elle partage ses gênes avec Jean-Paul Rappeneau que l'Elisabeth du même nom, malgré le format téléfilm, parvient à dégager de ses acteurs une véritable émotion? Le format, comme on le soulignait, ne permet forcément pas à J'ai peur d'oublier de décoller véritablement. Mais la confrontation entre Clémentine Célarié et Daniel Russo, qui peuvent parfaitement jouer comme des pieds à l'occasion (et l'ont largement prouvé par le passé), démontre que la soeur de Jean-Paul a la direction d'acteurs bien ancrée en elle. L'histoire est tirée du bouquin éponyme, celui de Fabienne Piel. A 45 ans, cette mère de famille, chef d'entreprise, allait être précocement touchée par la maladie d'Alzheimer. Une maladie que l'on imagine uniquement liée à la vieillesse. La déchéance de Fabienne est entrecoupée de périodes de lucidité. D'où cette peur d'oublier... DésarroiLibrement adapté de cette touchante histoire, le téléfilm prend le chemin d'un road-movie où, perdue dans un supermarché, Fabienne va croiser la route d'un marginal un peu voleur, un peu paumé. Flairant le bon coup à jouer, Paul (Daniel Russo, plutôt convaincant) va emmener sa nouvelle camarade dans une épopée emprunte d'oubli, d'angoisse et de menace: sur son téléphone portable, Fabienne s'envoie régulièrement des messages lui rappelant qu'elle doit mourir. Clémentine Célarié réussit, sur la longueur, à exprimer tout le désarroi que cette femme peut ressentir quand fuit à grand pas cette mémoire fissurée. Le reste est un peu plus inégal, mais dans l'ensemble, cette fiction délivre avec beaucoup d'à-propos sa ration d'émotions. Guy Verstraeten