Documentaire de DE ROGER CORKE ET ANDY BELL.

Ce mardi 1 juin à 21.20 sur ARTE.

Si l'enquête du footeux Jennings n'a rien d'une pantalonnade, la manière adoptée pour la mettre en scène agacera certainement les détracteurs du cinéma moorien: à l'instar du coriace Michael, Jennings prend par exemple à partie Sepp Blatter, président de la Fifa, pour l'interroger en pleine rue sur des affaires de corruption dans lesquelles Blatter lui-même serait impliqué.

Ce journalisme spectacle -regardez, il ne m'avoue même pas avoir mis la main dans le pot de confiture alors que je lui ai demandé gentiment dans la rue, vous avez vu, hein?- est certes aussi léger qu'une double quinzaine de Melo-Cakes, mais il a le mérite d'éveiller l'attention sur certaines problématiques réellement inquiétantes.

Le fait qu'au siège suisse de la Fifa, Jennings soit devenu persona non grata à cause de son travail d'investigation en est une. Puis, surtout, il y a ces pratiques vieilles comme le monde, mises en lumière par ce documentaire: elles rappellent une nouvelle fois aux plus naïfs d'entre nous que le football, populaire sport aux coulées d'argent effarantes, a vendu son âme au profit depuis bien longtemps.

La manière dont l'ancien président de la Fifa Joao Havelange s'est sucré sur le compte de la société ISL, à qui il octroyait des contrats de marketing pour les coupes du monde en échange de chèques aux longs zéros, a de quoi en choquer, en révolter ou en déprimer plus d'un... A noter que ce documentaire tient lieu d'entre-deux-mets dans une soirée Thema consacrée au prochain Mondial sud-africain.

Guy Verstraeten