C'est ce qu'on se dit au sortir d'un film certes instructif et assez édifiant par intermittence, mais où l'enquêteur se met en scène de manière un peu trop appuyée pour convaincre. Quasi de toutes les scènes, si pas de tous les plans, Moreira nous montre à quel point il ose braver l'industrie du tabac dans des salons où on ne se serait pas attendu à ce qu'il soit reçu en sauveur de la nation. Au-delà de ces réserves, il nous démontre que les fabricants de cigarettes ont bel et bien les yeux braqués sur une jeunesse pour qui fumer est encore cool. Leurs subterfuges pour détourner les lois et atteindre leurs objectifs méritaient d'être dénoncés, surtout quand on nous entraîne dans certains villages d'Asie, où de tout petits enfants, influencés par une économie locale baignée dans le tabac, ont déjà la cigarette au bec.

  • Documentaire de Paul Moreira.
  • Ce mercredi 6 novembre à 21h55 sur La Une.
C'est ce qu'on se dit au sortir d'un film certes instructif et assez édifiant par intermittence, mais où l'enquêteur se met en scène de manière un peu trop appuyée pour convaincre. Quasi de toutes les scènes, si pas de tous les plans, Moreira nous montre à quel point il ose braver l'industrie du tabac dans des salons où on ne se serait pas attendu à ce qu'il soit reçu en sauveur de la nation. Au-delà de ces réserves, il nous démontre que les fabricants de cigarettes ont bel et bien les yeux braqués sur une jeunesse pour qui fumer est encore cool. Leurs subterfuges pour détourner les lois et atteindre leurs objectifs méritaient d'être dénoncés, surtout quand on nous entraîne dans certains villages d'Asie, où de tout petits enfants, influencés par une économie locale baignée dans le tabac, ont déjà la cigarette au bec.