Alors que les festivals de cinéma commencent, çà et là -à Berlin notamment-, à ouvrir leurs portes à la création télévisuelle, il semble bel et bien que Paris soit devenu le spot européen de la série. Tenu du 15 au 24 avril, Séries Mania, riche des 22.000 spectateurs et des 50 séries qu'il a accueillis l'an dernier, continue son bonhomme de chemin. Et semble avoir tapé dans l'oeil des autorités culturelles françaises, qui verraient bien le festival donner définitivement le la dans son domaine. De fait, au-delà des multiples rencontres qu'il propose avec des cadors de la profession, Séries Mania impressionne par sa programmation foisonnante, les différentes compétitions brassant à peu près tout ce que notre planète invente comme nouvelles fictions télé en ce moment. Petit panorama de ce qui fait et fera bientôt l'actualité des séries.

Dans la compétition internationale

Jour polaire, Canal +
Jour polaire © Canal +

Si le petit cocorico qui sommeille en nous verrait bien Beau Séjour, polar mâtiné de fantastique concocté par la VRT, glaner les récompenses (d'autant que c'est David "Sopranos" Chase qui préside le jury), on suivra d'un oeil attentif Jour polaire. Notamment parce que ce sont les créateurs de la formidable Bron qui sont à l'origine de cette série franco-suédoise dans laquelle Leïla Bekhti interprète une policière dépêchée en Scandinavie après le meurtre d'un compatriote français. On gardera aussi un oeil sur The Five, polar anglais créé par Harlan Coben en personne...

Pour la meilleure série américaine

La brochette des séries états-uniennes présentées a de quoi faire frétiller n'importe quel amateur du genre. On ne reviendra pas sur les impeccables Show Me a Hero, American Crime, Mr. Robot ou Vinyl (qui ouvre le festival, en compagnie de l'ébouriffant Bobby Cannavale), dont on a déjà parlé dans ces pages. Car d'autres nouveautés de grande qualité seront projetées, à commencer par le passionnant American Crime Story, dont la première saison vient de s'achever sur FX. Sous la houlette de l'inégal Ryan Murphy (Nip/Tuck, Glee), on y retrace l'affaire O.J. Simpson dans dix épisodes à la réalisation tendue et au casting soigné (Cuba Gooding Jr., John Travolta...). Autre percée dans l'histoire criminelle des Etats-Unis, l'hybride et assez fascinant 11.22.63 adapte une nouvelle de Stephen King et permet à James Franco, via une faille spatio-temporelle, de retourner dans le passé pour prévenir la mort de JFK...

Show Me a Hero, HBO
Show Me a Hero © HBO

La pépite d'Aziz Ansari, Master of None (Netflix), tribulations d'un jeune comédien d'origine indienne, sera également de la partie, avec ses variations thématiques douces-amères. Tout comme la nouveauté Hap and Leonard, adaptation d'une saga romanesque de Joe R. Lansdale, située dans le Texas des années 80 et portée, avec pas mal d'aplomb, par James Purefoy et Michael K. Williams, le légendaire Omar de The Wire. Très attendu, le retour en série d'Aaron Paul (Jesse Pinkman dans Breaking Bad) sur la très prolifique plateforme Hulu nous laisse quant à lui un goût mitigé dans la bouche: avec son atmosphère absconse à la Leftovers, The Path, sur la relation asymétrique d'un couple évoluant au sein d'une secte, peine à passionner pour le moment. A l'opposé, la nouvelle production de l'usine Shonda Rhimes (Grey's Anatomy, Private Practice), The Catch, a décidé d'emmener son intrigue bling-bling à mille à l'heure, en confiant à Peter Krause (Six Feet Under) et à une méconnaissable Mireille Enos (The Killing) l'histoire d'une détective privée trahie par un escroc avec qui elle était sur le point de convoler. Glamour, pas très subtil, mais efficace.

Pour la meilleure série francophone

On commencera évidemment par se réjouir de la présence de deux productions RTBF, La Trêve et le très attendu Ennemi public (l'histoire d'un tueur d'enfants qui, après 20 ans derrière les barreaux, est accueilli dans un monastère ardennais, avant qu'un enfant soit découvert mort dans la région), qui représenteront vaillamment nos couleurs. On s'intéressera par ailleurs à la nouvelle série d'Hervé Hadmar et Marc Herpoux (Pigalle, la nuit), Au-delà des murs, qui sera un peu de chez nous aussi puisque cette histoire aux relents fantastiques a été tournée en partie en Belgique et qu'elle a Veerle Baetens pour héroïne...

La Trêve, RTBF
La Trêve © RTBF

Pour la meilleure série "Panorama" international

Parmi l'énorme sélection de nouvelles séries anglaises, australiennes, israéliennes, polonaises ou scandinaves qui seront proposées, on distinguera l'un de nos coups de coeur de ces derniers mois: The Night Manager, ou l'histoire, très bondienne, d'un ancien soldat devenu manager de nuit dans un hôtel de luxe et qui va se retrouver au coeur d'une intrigue d'espionnage mêlant trafic d'armes et romances interdites. Parfaitement interprétée par Tom Hiddleston et par Hugh "Dr House" Laurie, cette adaptation d'un roman de John le Carré vaut vraiment le détour. On sera également attentif à l'acclamée Thirteen, nouvelle variation britannique sur un thème souvent développé depuis l'affaire Natascha Kampusch: la libération d'une jeune femme après de longues années d'isolement.

SÉRIES MANIA, DU 15 AU 24/04 À PARIS, VOIR SERIES-MANIA.FR POUR LE PROGRAMME COMPLET.

Alors que les festivals de cinéma commencent, çà et là -à Berlin notamment-, à ouvrir leurs portes à la création télévisuelle, il semble bel et bien que Paris soit devenu le spot européen de la série. Tenu du 15 au 24 avril, Séries Mania, riche des 22.000 spectateurs et des 50 séries qu'il a accueillis l'an dernier, continue son bonhomme de chemin. Et semble avoir tapé dans l'oeil des autorités culturelles françaises, qui verraient bien le festival donner définitivement le la dans son domaine. De fait, au-delà des multiples rencontres qu'il propose avec des cadors de la profession, Séries Mania impressionne par sa programmation foisonnante, les différentes compétitions brassant à peu près tout ce que notre planète invente comme nouvelles fictions télé en ce moment. Petit panorama de ce qui fait et fera bientôt l'actualité des séries. Si le petit cocorico qui sommeille en nous verrait bien Beau Séjour, polar mâtiné de fantastique concocté par la VRT, glaner les récompenses (d'autant que c'est David "Sopranos" Chase qui préside le jury), on suivra d'un oeil attentif Jour polaire. Notamment parce que ce sont les créateurs de la formidable Bron qui sont à l'origine de cette série franco-suédoise dans laquelle Leïla Bekhti interprète une policière dépêchée en Scandinavie après le meurtre d'un compatriote français. On gardera aussi un oeil sur The Five, polar anglais créé par Harlan Coben en personne... La brochette des séries états-uniennes présentées a de quoi faire frétiller n'importe quel amateur du genre. On ne reviendra pas sur les impeccables Show Me a Hero, American Crime, Mr. Robot ou Vinyl (qui ouvre le festival, en compagnie de l'ébouriffant Bobby Cannavale), dont on a déjà parlé dans ces pages. Car d'autres nouveautés de grande qualité seront projetées, à commencer par le passionnant American Crime Story, dont la première saison vient de s'achever sur FX. Sous la houlette de l'inégal Ryan Murphy (Nip/Tuck, Glee), on y retrace l'affaire O.J. Simpson dans dix épisodes à la réalisation tendue et au casting soigné (Cuba Gooding Jr., John Travolta...). Autre percée dans l'histoire criminelle des Etats-Unis, l'hybride et assez fascinant 11.22.63 adapte une nouvelle de Stephen King et permet à James Franco, via une faille spatio-temporelle, de retourner dans le passé pour prévenir la mort de JFK... La pépite d'Aziz Ansari, Master of None (Netflix), tribulations d'un jeune comédien d'origine indienne, sera également de la partie, avec ses variations thématiques douces-amères. Tout comme la nouveauté Hap and Leonard, adaptation d'une saga romanesque de Joe R. Lansdale, située dans le Texas des années 80 et portée, avec pas mal d'aplomb, par James Purefoy et Michael K. Williams, le légendaire Omar de The Wire. Très attendu, le retour en série d'Aaron Paul (Jesse Pinkman dans Breaking Bad) sur la très prolifique plateforme Hulu nous laisse quant à lui un goût mitigé dans la bouche: avec son atmosphère absconse à la Leftovers, The Path, sur la relation asymétrique d'un couple évoluant au sein d'une secte, peine à passionner pour le moment. A l'opposé, la nouvelle production de l'usine Shonda Rhimes (Grey's Anatomy, Private Practice), The Catch, a décidé d'emmener son intrigue bling-bling à mille à l'heure, en confiant à Peter Krause (Six Feet Under) et à une méconnaissable Mireille Enos (The Killing) l'histoire d'une détective privée trahie par un escroc avec qui elle était sur le point de convoler. Glamour, pas très subtil, mais efficace. On commencera évidemment par se réjouir de la présence de deux productions RTBF, La Trêve et le très attendu Ennemi public (l'histoire d'un tueur d'enfants qui, après 20 ans derrière les barreaux, est accueilli dans un monastère ardennais, avant qu'un enfant soit découvert mort dans la région), qui représenteront vaillamment nos couleurs. On s'intéressera par ailleurs à la nouvelle série d'Hervé Hadmar et Marc Herpoux (Pigalle, la nuit), Au-delà des murs, qui sera un peu de chez nous aussi puisque cette histoire aux relents fantastiques a été tournée en partie en Belgique et qu'elle a Veerle Baetens pour héroïne... Parmi l'énorme sélection de nouvelles séries anglaises, australiennes, israéliennes, polonaises ou scandinaves qui seront proposées, on distinguera l'un de nos coups de coeur de ces derniers mois: The Night Manager, ou l'histoire, très bondienne, d'un ancien soldat devenu manager de nuit dans un hôtel de luxe et qui va se retrouver au coeur d'une intrigue d'espionnage mêlant trafic d'armes et romances interdites. Parfaitement interprétée par Tom Hiddleston et par Hugh "Dr House" Laurie, cette adaptation d'un roman de John le Carré vaut vraiment le détour. On sera également attentif à l'acclamée Thirteen, nouvelle variation britannique sur un thème souvent développé depuis l'affaire Natascha Kampusch: la libération d'une jeune femme après de longues années d'isolement.