Jusqu'il y a peu, on trouvait encore des articles-listes répertoriant tous les acteurs qui, venant de séries, ont réussi au cinéma. Ainsi, un article publié sur le site Suggest précède sa liste des "15 meilleures transitions de la TV au cinéma" de cette introduction: "Pour les acteurs hollywoodiens, la carrière est soit basée sur les films, soit sur la TV. Une tendance assez commune est, pour les acteurs, de faire leurs débuts à la télévision et ensuite passer aux films après s'être fait un nom pour eux-mêmes." La distinction entre la télévision et le cinéma a toujours été très claire et ce dernier a toujours été considéré comme supérieur dans la hiérarchie. La transition était considérée comme une ascension et il n'y avait que rarement des retours en arrière. Une fois parvenu au cinéma, on y restait. Comme le souligne le Guardian, il y a une époque pas tellement éloignée où une actrice comme Meryl Streep n'aurait jamais considéré l'idée de jouer dans une série télévisée standard (elle a joué dans Angels in America (2003), une mini-série d'HBO adaptée d'une pièce de théâtre et diffusée sous la forme de deux films de trois heures, aux côtés d'autres acteur...

Jusqu'il y a peu, on trouvait encore des articles-listes répertoriant tous les acteurs qui, venant de séries, ont réussi au cinéma. Ainsi, un article publié sur le site Suggest précède sa liste des "15 meilleures transitions de la TV au cinéma" de cette introduction: "Pour les acteurs hollywoodiens, la carrière est soit basée sur les films, soit sur la TV. Une tendance assez commune est, pour les acteurs, de faire leurs débuts à la télévision et ensuite passer aux films après s'être fait un nom pour eux-mêmes." La distinction entre la télévision et le cinéma a toujours été très claire et ce dernier a toujours été considéré comme supérieur dans la hiérarchie. La transition était considérée comme une ascension et il n'y avait que rarement des retours en arrière. Une fois parvenu au cinéma, on y restait. Comme le souligne le Guardian, il y a une époque pas tellement éloignée où une actrice comme Meryl Streep n'aurait jamais considéré l'idée de jouer dans une série télévisée standard (elle a joué dans Angels in America (2003), une mini-série d'HBO adaptée d'une pièce de théâtre et diffusée sous la forme de deux films de trois heures, aux côtés d'autres acteurs de cinéma comme Al Pacino et Emma Thompson, loin d'être standard donc).Aujourd'hui, c'est l'inverse: nombreuses sont les listes d'acteurs hollywoodiens qu'on retrouve dans les séries. Harper's Bazaar et CheatSheet, par exemple, dénombrent ces "grandes stars de cinéma qui vont bientôt passer à la télévision". En vérité, le mouvement s'est lancé depuis longtemps déjà mais plus discrètement. Une des premières à passer sur le petit écran est Glenn Close, qui y fait son entrée dans The Shield en 2005. Ce sont surtout les acteurs de plus de 50 ans, particulièrement les femmes qui, snobées par Hollywood à partir d'un certain âge, tentent de se renouveler en passant à la télévision, expliquait le journaliste Léo Soesanto à Slate en 2010: "À cet âge-là, on a le choix entre faire des films indépendants que peu de monde verra, ou faire une série". C'est donc plutôt par dépit ou par obligation que les acteurs se tournaient vers la télévision à l'époque. On y trouve plutôt ceux dont la carrière flanche et qui ne trouvent plus de job au cinéma. Ce passage par la série peut même relancer leur carrière comme par exemple celle de Jessica Lange depuis son long passage dans American Horror Story.Dans les années 2010, le mouvement change. Des acteurs au top de leurs carrières hollywoodiennes se tournent vers la télévision. Deux des premiers à avoir franchi le pas sont Matthew McConaughey (qui remportait l'Oscar du meilleur acteur dans Dallas Buyers Club l'année précédente) et Woody Harrelson qui se sont lancé dans l'aventure True Detective en 2014. Néanmoins, Woody Harrelson souligne dans une interview de l'époque que "ce n'est pas de la télévision, c'est HBO! C'est plus un long film de huit heures qu'une série interminable", reprenant le slogan qu'utilisait HBO jusqu'en 2006 ("It's not TV. It's HBO"). Ils seront suivis notamment par James Franco qu'on a pu voir dans la série 22/11/63 adaptée du roman de Stephen King sur la mort de Kennedy. Ce n'est que beaucoup plus récemment que les habitués des Oscars George Clooney, Meryl Streep, Julia Roberts ou Amy Adams ont rejoint le petit écran. Néanmoins, comme le fait remarquer Louise Wise dans le Guardian, ces stars ne s'engagent que dans des séries limitées. Julia Roberts ne réapparaitra plus dans Homecoming, le casting de True Detective change à chaque saison et Catch-22 est une minisérie. En effet, rien de pire que de s'enfermer dans un rôle à tenir pendant plusieurs années dans une série. Dans une interview accordée à The Independent en 2015, Dustin Hoffman s'est exprimé sur l'état du cinéma et de la télévision: "Je pense qu'aujourd'hui la télévision est meilleure qu'elle n'a jamais été. Et je pense que le cinéma est pire qu'il n'a jamais été depuis les 50 ans où j'en ai fait".De même, selon The Hollywood Reporter, le nombre de films artistiquement ambitieux chute tandis que les chaines télévisées et les plateformes de streaming recherchent de plus en plus à créer du contenu audacieux pour se démarquer. CheatSheet est du même avis, remarquant que les cinéastes et les acteurs qui veulent raconter des histoires qui ne correspondent pas aux normes des blockbusters hollywoodiens se tournent plutôt vers HBO, Netflix ou d'autres plateformes de télévision. Dès lors, les acteurs les plus désirables sont prêts à aller là où les meilleures opportunités se présentent. Jane Fonda le confirme en s'exprimant à Variety: "On veut tous aller là où il y a de bons scénarios". Le paysage audiovisuel se métamorphose donc peu à peu. Au cours des années, la télévision a gagné en visibilité et en prestige. Aujourd'hui, comme le résume bien Louis Wise pour le Guardian, "la télévision, c'est là où est "la conversation"". C'est donc là qu'il faut aller pour rester pertinent. Cette année, de nombreuses stars hollywoodiennes étaient sur le petit écran, dont notamment George Clooney dans Catch-22, Jonah Hill, Emma Stone et Sally Field dans Maniac, Jim Carrey dans Kidding, Julia Roberts dans Homecoming, Jane Fonda et Lily Tomlin dans Grace and Frankie... Ce qui a créé la surprise le 16 juillet dernier, c'est qu'aucune de ces stars ne figure dans les listes de nommés pour les Emmy Awards (les récompenses de la télévision américaine). Tandis que la télévision gagne en visibilité, elle s'émancipe de plus en plus face au cinéma. Paradoxalement, alors qu'on y trouve plus de stars hollywoodiennes, elles sont moins récompensées. Visiblement, le standing hollywoodien n'impressionne plus les votants des Emmys. Aujourd'hui, la télévision crée ses propres stars qui sont ensuite convoitées par le cinéma, à l'image d'Emilia Clarke, Kit Harrington (Game of Thrones) ou Phoebe Waller-Bridge (Fleabag). Sophie Decaestecker