13 Reasons Why, diffusé pour la première fois sur Netflix en 2017, se concentre sur le suicide d'une jeune adolescente, Hannah Baker, qui a laissé des cassettes audio derrière elle pour expliquer les raisons de son acte. La série a eu beaucoup de succès mais a rapidement été sujet à controverses. En effet, les thèmes qui y sont traités sont très sensibles. On y représente le mal-être, l'intimidation, le harcèlement, le viol entre adolescents dans un lycée américain, le tout conduisant finalement au suicide d'Hannah.

"Nous avons entendu beaucoup de jeunes expliquer que 13 Reasons Why les avait encouragé à parler de sujets difficiles comme la dépression et le suicide et à trouver de l'aide, souvent pour la première fois", a déclaré Netflix dans un communiqué. "Alors que nous nous préparons à lancer la saison 3 plus tard cet été, nous avons pris en compte le débat qui s'anime autour du show. Sur les conseils d'experts médicaux, dont le Dr. Christine Moutier de la Fondation Américaine pour la Prévention du Suicide, nous avons décidé avec le créateur Brian Yorkey et les producteurs d'éditer la scène où Hannah se donne la mort dans la saison 1."

La scène de presque trois minutes qui dévoilait certains détails graphiques du suicide de la jeune fille a été modifiée au montage. Désormais, la séquence montre l'actrice Katherine Langford seule face au miroir et coupe directement sur la réaction de ses parents.

Une inquiétude et une controverse de longue date

Une nouvelle étude publiée récemment aux États-Unis par le Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry revient sur la série et ses conséquences sur le taux de suicide chez les adolescents. L'étude montre que la diffusion de 13 Reasons Why est associée avec une augmentation significative du taux de suicides mensuels chez les jeunes américains âgés de 10 à 17 ans. "La prudence est de mise concernant l'exposition des enfants et adolescents à la série", conclut-elle. Néanmoins, le lien de causalité ne peut pas être prouvé. Les créateurs de la série ont d'ailleurs réfuté ces études dans une carte blanche publiée dans le Hollywood Reporter.

À l'époque de la diffusion, la série suscitait déjà l'inquiétude et Netflix avait ajouté des messages d'avertissement avant chaque épisode alors que ces messages ne concernaient que trois épisodes au départ. Une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association, Internal Medicine avait d'ailleurs montré que le nombre de recherches Internet sur le sujet du suicide était en hausse, même si le nombre de passages à l'acte ne s'était pas vu modifié. Les chercheurs demandaient alors à Netflix de retirer cette série de sa plateforme puisqu'elle ne correspondait pas aux directives de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en la matière.

L'OMS déconseille de montrer le suicide ou de l'évoquer longtemps dans une série ou un film. Or 13 Reasons Why consacre 13 heures au suicide d'Hannah Baker et finit par montrer les images du passage à l'acte. "Ces problèmes sont exacerbés par le fait que ces images en ligne soient accessibles pendant très longtemps et puissent être ainsi vues par un très grand nombre de personnes", constatait Eric Leas, de l'université d'État de San Diego, ayant participé à l'étude. Les chercheurs sommaient donc Netflix à supprimer et modifier son contenu avant de le rediffuser pour se conformer à ces directives de l'OMS.

Netflix retient surtout le positif

Les créateurs de la série, de leur côté, soulignent surtout l'effet positif qu'elle peut avoir. "En faisant de 13 Reasons Why une série télévisée, on espérait raconter une histoire qui aiderait les jeunes spectateurs à se sentir compris et entendus et encourager l'empathie chez tous ceux qui l'ont vu, comme le livre bestseller l'avait fait avant nous", explique le showrunner Brian Yorker dans un communiqué.

Et pour Netflix, "aucune scène n'est plus importante que la vie de la série, et son message selon lequel on doit faire plus attention les uns aux autres. Nous pensons que ce nouveau montage va aider la série à avoir un effet positif sur plus de gens en réduisant tout risque, spécialement pour les spectateurs les plus jeunes et vulnérables."

Avec la sortie de la saison 3 qui se profile, la série attirera de nouveaux spectateurs qui auraient été confrontés à cette fameuse scène, explique une source du Hollywood Reporter. C'est suite à cela, ainsi qu'à une discussion avec des experts, que Netflix aurait pris cette décision maintenant.

Sophie Decaestecker