Cela démarre un peu à la façon d'un récit picaresque. À Atlanta, Larry se fait planter par sa copine. Le seul moyen qu'il a imaginé pour la récupérer? Retrouver les héros locaux d'Outkast, duo rap mythique, premiers à avoir réellement imposé le Sud sur la carte du hip-hop. Problème: le dernier album commun d'André 3000 et Big Boi remonte à 2006. La tâche s'annonce compliquée... Au fil de ses pérégrinations, Larry va cependant découvrir la ville, et surtout la trap, dernière révolution musicale en date, qui a à la fois changé le visage du rap et bouleversé la pop culture.
...

Cela démarre un peu à la façon d'un récit picaresque. À Atlanta, Larry se fait planter par sa copine. Le seul moyen qu'il a imaginé pour la récupérer? Retrouver les héros locaux d'Outkast, duo rap mythique, premiers à avoir réellement imposé le Sud sur la carte du hip-hop. Problème: le dernier album commun d'André 3000 et Big Boi remonte à 2006. La tâche s'annonce compliquée... Au fil de ses pérégrinations, Larry va cependant découvrir la ville, et surtout la trap, dernière révolution musicale en date, qui a à la fois changé le visage du rap et bouleversé la pop culture. À mi-chemin entre la fiction et le documentaire, la websérie Lost in Traplanta compte dix épisodes, de plus ou moins sept minutes chacun. Disponibles sur Auvio, ils seront également distillés sur YouTube, à raison de deux numéros par semaine. Dans le rôle du Candide, on retrouve Kody Kim. Jusqu'ici, le comédien était davantage connu pour son humour stand-up ou ses déguisements/transformations dans l'émission Le Grand Cactus que pour son amour du rap. "En fait, j'ai d'abord baigné dans le funk, via mes grands frères et mes grandes soeurs. Puis naturellement j'ai été éduqué au rap via LL Cool J, Kool Moe Dee, etc. Et par la suite, Notorious B.I.G., le rap new-yorkais en général." Et la scène française? "Oui, les classiques comme IAM et NTM. Mais ce n'est que depuis une dizaine d'années, que je la suis d'un peu plus près, grâce notamment à mon pote James Deano (ex-rappeur, également au casting du Grand Cactus, NDLR)." En insistant un peu, il avoue encore: "J'ai rappé, une fois, quand j'avais 19 ans. Un pote participait à un open mic au Botanique. Il manquait quelqu'un. Je me suis retrouvé sur scène à faire les backs. Mais on aurait plus dit un boys band qu'un groupe de rap!" (rires). Coproduction entre la RTBF et Arte, Lost in Traplanta a été réalisé et conçu par Mathieu Rochet. Le Français est loin d'être un inconnu. Cintré de hip-hop, il a notamment cofondé le magazine culte Gasface, avant de réaliser les formats Web New York Minute ou Lookin4Galt (sur le compositeur de la comédie musicale Hair). Avec ce nouveau projet, il creuse un peu plus la veine docufiction. Sillonnant Atlanta, nouvelle Mecque du rap, il se penche sur la trap music, prenant comme fil rouge Larry/Kody, personnage lunaire parti à la rencontre des acteurs locaux. "Quand Mathieu m'a contacté fin 2017, raconte le comédien belge, je lui ai expliqué que je n'étais pas du tout spécialiste de la trap. Mais pour lui, ce n'était pas important. En fait, il était tombé sur des vidéos du Grand Cactus. Ce qui lui avait plus, c'était que je ne riais pas. "Tu fais rire les autres, mais toi tu ne ris pas. J'ai besoin d'un mec comme ça.""Kody Kim embarque donc dans la websérie. Si le fond se rapproche du documentaire, le ton est bien celui d'une fiction décalée. "Mathieu voulait quand même qu'on répète les scènes avant de partir. Mais en sachant bien que, sur place, on risquait d'être confrontés à autre chose que ce qui était écrit dans le scénario. Ce qui n'a évidemment pas manqué..." De fait, à Atlanta, la douzaine de jours de tournage réservent leur lot de surprises et d'anecdotes. Comme quand l'équipe prévoit d'interviewer le rappeur Boosie Badazz. "Après deux heures de route, on arrive devant les grilles de sa gigantesque propriété. Au bout de la longue allée, un type arrive à pied pour checker les voitures et regarder en-dessous des carrosseries, comme si on rentrait dans le siège de l'OTAN! Finalement, il repart, nous ouvre les grilles et nous fait sortir deux par deux. À l'intérieur, les mecs sont défoncés, armes à la main. On finit par nous expliquer que c'est l'anniversaire de Badazz, et qu'il n'y aura pas d'interview... On a donc pu faire demi-tour, alors qu'on avait pourtant acheté un cadeau." (rires) À la base, le mot "trap" renvoie aux "trap houses", ces maisons squattées par les dealers de drogue pour organiser leurs trafics. De fait, Lost in Traplanta traverse quelques rues particulièrement sinistrées. "Je n'étais pas tout le temps rassuré. D'un côté, il y avait l'opulence, et de l'autre, j'avais parfois l'impression de me retrouver dans les faubourgs de Kinshasa." C'est la double vie d'Atlanta. À la fois cité de la "black excellence", carrefour historique de la lutte pour les droits civiques (Martin Luther King y est né), rebaptisée par certains Wakanda (le film Black Panther), elle fut aussi l'une des villes américaines les plus lourdement touchées par la crise de 2008... À bord de sa voiture, le personnage de Larry zigzague entre les deux, multipliant les rendez-vous, plus ou moins "fortuits". Comme celui avec MC Bone Crusher, l'un des pionniers du crunk, ou Debra Antney, manageuse qui verra passer dans son salon Nicki Minaj ou Gucci Mane. "Elle nous a mis en contact avec plein de monde. C'était l'une des très belles rencontres." Sur sa route, Kody/Larry va même croiser Big Gipp, membre de la Dungeon Family (crew dans lequel Outkast a fait ses débuts), ou encore le légendaire producteur Ray Murray... "On est allés trois fois au studio Stankonia (nom d'un des plus célèbres albums d'Outkast, NDLR). À la fin, on était presque comme chez nous."L'hospitalité des gens du Sud ne serait donc pas un mythe. "On a pu l'expérimenter! Il y a beaucoup d'entraide entre les gens. On s'est retrouvés par exemple invités à un bonfire (sorte de grand "feu de camp", NDLR), qui a lieu tous les dimanches, avec des DJ, des gâteaux "améliorés" (sourire). J'ai pu notamment croiser des gens qui bossaient pour la série Atlanta . Ils me disaient: "Tu sais, si tu restes encore un mois, tu vas finir par rencontrer Childish Gambino, et peut-être pouvoir auditionner pour un rôle"" (rires). This is America...