Le combat n'a pas encore commencé. Mais la guerre est déjà déclarée. L'enjeu? Régner sur la télévision du futur, celle des plateformes de vidéos à la demande. Le champ de bataille se déploie à perte de vue. Au nord, Netflix: l'armée la plus colossale et la mieux préparée. Au sud, Amazon: une milice réputée pour ses qualités d'adaptation. À l'est, Disney: avec sa légion de super-héros surentraînés. À l'ouest, Apple: un contingent surfinancé. Mais déjà d'autres bataillons pointent à l'horizon: Warner, Hulu, HBO, OCS, NBC, Universal, Canal+... Dans les prochains mois, les géants du divertissement s'affronteront pour conquérir de précieux abonnés à coups de projets pharaoniques. Citons, pêle-mêle, un préquel du Seigneur des anneaux, une nouvelle création Star Wars, des feuilletons signés Steven Spielberg, J. J. Abrams, Damien Chazelle... Vous pensez qu'il existe déjà trop de séries? Vous n'avez encore rien vu. En 2002, les Américains mettaient à l'antenne 182 nouvelles fictions télé. En 2018, elles étaient 495. En 2019, ce record explosera. Car désormais, les sommes en jeu se comptent en dizaines de milliards d'euros. De leur côté, les producteurs se réjouissent. Tout est à inventer: les histoires, les formats, les genres... Mais les spectateurs auront-ils assez de temps pour tout voir? Rien n'est moins sûr. Cette course effrénée pourrait laisser de nombreux créateurs sur le carreau. Bienvenue dans la nouvelle guerre du divertissement.
...