Romain Gary n'a pas seulement inventé une oeuvre, La Vie devant soi, il a aussi inventé son auteur, Émile Ajar. Gary est très critiqué à l'époque. Il veut se libérer de son propre personnage et retrou...

Romain Gary n'a pas seulement inventé une oeuvre, La Vie devant soi, il a aussi inventé son auteur, Émile Ajar. Gary est très critiqué à l'époque. Il veut se libérer de son propre personnage et retrouver une vraie liberté d'expression. Non content de se choisir un nom d'emprunt, il embauche son petit-cousin, Paul Pavlowitch, pour jouer le rôle et mène tout le monde en bateau. Des maisons d'édition (la sienne comprise) aux médias en passant par le public. "Tout le monde a à un moment donné envie de changer de peau. De redevenir un débutant. De retrouver une certaine virginité. De partir dans une nouvelle direction", dit-il. Mais comment un tel complot a-t-il été possible? Comment Gary est-il parvenu à garder le secret jusqu'à sa mort en 1980? Philippe Kohly le raconte jusque dans la paranoïa, la dépression et son mariage avec Jean Seberg, qui a éprouvé l'homme et diminué l'écrivain. Le récit d'une brillante supercherie.