"Un ami m'a présenté Quentin Tarantino. Il empilait des cassettes chez Imperial Entertainment. Il avait l'air d'un geek trop zélé, si vous me pardonnez l'expression. Mais il avait aussi du talent derrière. Il a dormi sur mon canapé. Il n'avait pas de voiture à l'époque et il était fauché. "Je veux me lancer dans le cinéma....

"Un ami m'a présenté Quentin Tarantino. Il empilait des cassettes chez Imperial Entertainment. Il avait l'air d'un geek trop zélé, si vous me pardonnez l'expression. Mais il avait aussi du talent derrière. Il a dormi sur mon canapé. Il n'avait pas de voiture à l'époque et il était fauché. "Je veux me lancer dans le cinéma. Est-ce que je sais écrire? Je vais essayer. Il suffit d'avoir un papier et un stylo."" Loin d'être l'intervenant le plus prestigieux de ce documentaire, le scénariste (La Relève) et réalisateur (Une nuit en enfer 2) Scott Spiegel donne le ton de ce portrait consacré au réalisateur le plus emblématique de sa génération. L'histoire d'un cinéphile fétichiste passionné par les films hong-kongais et la blaxploitation (il a commencé à traîner dans les cinémas à cause d'un jules afro-américain de sa mère) qui a secoué à sa manière le cinéma populaire. Appuyés par des extraits de films bien choisis et des animations inscrites dans un graphisme à l'esthétique tarantinienne, Tim Roth, Samuel L. Jackson, Jamie Foxx, Lucy Liu, Kurt Russell, Diane Kruger ou encore Christoph Waltz parlent de l'homme, de sa filmographie, de ses scénarios (Natural Born Killers et True Romance), mais aussi du festival qu'il a créé à Austin comme de sa relation avec Harvey Weinstein. Depuis Reservoir Dogs (partiellement financé en jouant un sosie d'Elvis dans la série Les Craquantes) à Once Upon a Time... in Hollywood, Tara Wood résume le cinéaste provocateur qui a tué Hitler. Un docu à voir rien que pour les savoureuses anecdotes de Michael Madsen.