"On n'avait pas le droit d'avoir ni de couteau ni de fourchette. Aucun objet pointu. Juste une cuillère et une écuelle qu'on attachait autour de la taille. Rien d'autre. Mais on s'est dit qu'il nous fallait autre chose. Sinon comment j'allais a...

"On n'avait pas le droit d'avoir ni de couteau ni de fourchette. Aucun objet pointu. Juste une cuillère et une écuelle qu'on attachait autour de la taille. Rien d'autre. Mais on s'est dit qu'il nous fallait autre chose. Sinon comment j'allais abattre le premier SS venu sans aucune arme?" Sonja Vujanovic a connu l'horreur des camps. Elle a vécu la Seconde Guerre mondiale, le fascisme, Auschwitz... Sonja fut la première femme serbe membre des Partisans, le mouvement communiste armé yougoslave mené par Tito qui combattit les nazis et les fascistes italiens. Capturée et déportée en 1942, elle fut aussi l'une des chefs du mouvement de résistance à Auschwitz-Birkenau. Sur des images de forêts et de montagnes, elle raconte comment elle a découvert le communisme et comment elle s'est mariée alors qu'elle n'en avait pas l'âge. Elle se souvient du début de la guerre, de l'unité partisane de Valjevo, des années d'horreur et de la libération par les Russes... On se demande souvent ce que cette nature est censées dire et ce que Marta Popivoda nous montre dans ses gros plans. Reste un essai calme, contemplatif et puissant sur la résistance et la mémoire.