Le photojournaliste Gervasio Sánchez avait documenté à l'époque la guerre de Bosnie, raconté le quotidien dans ces rues de la peur et l'interminable encerclement par les forces serbe...

Le photojournaliste Gervasio Sánchez avait documenté à l'époque la guerre de Bosnie, raconté le quotidien dans ces rues de la peur et l'interminable encerclement par les forces serbes. Après avoir longtemps parlé des morts, il avait commencé à immortaliser des vivants. En 2019, environ 25 ans après les faits, Sánchez est retourné sur les lieux du drame à la recherche des enfants qu'il avait photographiés dans le chaos et les décombres de la guerre. Il retrouve Edo, le petit garçon qui lui avait montré comment entrer dans la bibliothèque de Sarajevo quelques jours après l'incendie qui l'avait ravagée. Selma et Alma, deux soeurs qui se balançaient devant un char des Nations Unies. Puis aussi ces gosses qui jadis jouaient au basket, étaient maigres, avaient le ventre vide et ne savaient pas ce qu'il adviendrait d'eux. Vibrant.