Un classique du cinéma expressionniste allemand, magnifiquement restauré un peu moins d'un siècle après sa sortie! Le Cabinet des figures de cire nous raconte trois histoires fantastiques, entre le grotesque et l'horre...

Un classique du cinéma expressionniste allemand, magnifiquement restauré un peu moins d'un siècle après sa sortie! Le Cabinet des figures de cire nous raconte trois histoires fantastiques, entre le grotesque et l'horreur si chers à Edgar Allan Poe. Le scénario ne doit pour autant rien à l'auteur américain mais est signé par Henrik Galeen, coréalisateur en 1915 d'un mémorable Golem. Le premier récit met en scène le cruel calife Haroun al Rachid, le deuxième le tsar Ivan le Terrible, et le troisième le diabolique Jack Talons-à-Ressort, issu de l'imaginaire victorien. On se prend au jeu des contrastes entre ombre et lumière orchestrés par Paul Leni, à celui des écarts entre rire et terreur aussi, qui composent un spectacle fascinant par-delà toute raison ou presque. Dans le rôle d'Ivan le Terrible, Conrad Veidt crève l'écran. Ce comédien extraordinaire s'était illustré quatre ans auparavant dans un autre classique expressionniste: Le Cabinet du docteur Caligari.