Mais elle n'a paradoxalement que rarement été racontée de l'intérieur, n'a que peu bénéficié d'une analyse en profondeur de son déroulement, de ses traumatismes et de leurs conséquences. Ce...

Mais elle n'a paradoxalement que rarement été racontée de l'intérieur, n'a que peu bénéficié d'une analyse en profondeur de son déroulement, de ses traumatismes et de leurs conséquences. Cette blessure mal cicatrisée est rouverte par Emmanuelle Nobécourt, aidée ici par Olivier Wieviorka, historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale. La tragédie est abordée dans ses dimensions humaine, militaire, politique, économique et sociale, le long d'un fil rouge historique précis, d'archives poignantes, de témoignages de survivants et de textes d'observateurs illustres tels que Benoîte Groult, Antoine de Saint-Exupéry ou Jean Moulin. Dommage que ces témoignages viennent en illustration et non pour structurer le récit, car ils l'éloignent alors de son objectif ambitieux: rendre compte du déracinement et de la confusion, tenter d'y réintégrer de la mémoire et du sens.