Trois ans après son relatif succès, Lucien Jean-Baptiste imagine une suite à son film éponyme qui tentait de briser le carcan des stéréotypes et d'inverser les regards. Cela fait donc une bonne dizaine d'années que Sali et Paul Al...

Trois ans après son relatif succès, Lucien Jean-Baptiste imagine une suite à son film éponyme qui tentait de briser le carcan des stéréotypes et d'inverser les regards. Cela fait donc une bonne dizaine d'années que Sali et Paul Aloka, un couple noir, ont adopté Benjamin, un enfant blanc... Entre-temps, ils sont devenus parents d'un petit Noé, conçu de manière naturelle. Les deux ont tout juste quatorze et treize ans. Dans sa petite ville de région parisienne, la famille, pour le moins atypique, ne passe pas inaperçue. Au-delà des regards obliques ou étonnés des voisins, c'est surtout le besoin de Benjamin de retrouver ses racines et sa mère biologique qui va chambouler le quotidien des Aloka. Le scénario et la mise en scène de Lucien Jean-Baptiste montrent beaucoup de fraîcheur, d'enthousiasme, mais aussi de naïveté à dépeindre la normalité d'une situation pourtant inversée, dressant le tableau d'une France (ce pourrait être la Belgique) telle qu'elle est et non telle qu'elle se fantasme encore trop souvent.