Patrick Rotman est l'auteur de documentaires fleuves sur les grandes figures de la politique française (De Gaulle, Mitterrand, Chirac) et les événements historiques qui affectent le présent (Les Brûlures de l'Histoire). C'est dans leur continuité que se situe son nouveau triptyque saisissant, décrivant par le menu le ph...

Patrick Rotman est l'auteur de documentaires fleuves sur les grandes figures de la politique française (De Gaulle, Mitterrand, Chirac) et les événements historiques qui affectent le présent (Les Brûlures de l'Histoire). C'est dans leur continuité que se situe son nouveau triptyque saisissant, décrivant par le menu le phénomène concentrationnaire sans doute le plus mal connu du XXe siècle: le goulag. Derrière ce nom sinistre se révèle un système glaçant de répression, d'invisibilisation, mais aussi un moteur de la production industrielle soviétique, du développement de ses infrastructures, une histoire culturelle (littérature, cinéma...) et sociale dont la guerre froide nous a coupés, jusqu'à l'ouverture progressive des archives de l'ex-URSS. Dépassant la posture des polémistes échevelés, Rotman et l'historien soviétologue Nicolas Werth racontent avec rigueur les origines, le déploiement et l'ampleur du système répressif impulsé par Lénine, accéléré méthodiquement sous Staline et ses successeurs: 40 millions de "nuisibles" séquestrés, réduits à la condition d'esclaves ("ennemis du peuples", opposants, rivaux, paysans, Russes, Polonais, Tchétchènes, hommes, femmes, enfants...). Le récit est méthodique, passionnant, rythmé, nourri d'images d'archives (essentiellement des films de propagande sur lequel les auteurs posent un regards critique et parfois ironique) et de témoignages de survivants, aujourd'hui pour beaucoup décédés, recueillis depuis 1988 par l'association russe Memorial.