Fils d'une infirmière et d'un pasteur protestant, le photographe et réalisateur néerlandais Anton Corbijn a quasiment autant baigné dans le monde de la musique que dans celui de l'image. Corbijn a travaillé pour Oor et le New Musical Express. Réalisé des clips pour U2, les Red Hot Chili Peppers, Arcade Fire et Coldplay. Il a aussi réussi avec Control un brillant biopic sur le chanteur de Joy Division: le tourmenté Ian Curtis. Pour compléter ce tableau prestigieux, Corbijn a toujours entretenu une relation privilégiée avec Depeche ...

Fils d'une infirmière et d'un pasteur protestant, le photographe et réalisateur néerlandais Anton Corbijn a quasiment autant baigné dans le monde de la musique que dans celui de l'image. Corbijn a travaillé pour Oor et le New Musical Express. Réalisé des clips pour U2, les Red Hot Chili Peppers, Arcade Fire et Coldplay. Il a aussi réussi avec Control un brillant biopic sur le chanteur de Joy Division: le tourmenté Ian Curtis. Pour compléter ce tableau prestigieux, Corbijn a toujours entretenu une relation privilégiée avec Depeche Mode. Après les décors de tournée, les pochettes d'album, les affiches et les vidéos, le voilà qui signe un documentaire sur le groupe anglais. Spirits in the Forest s'intéresse à sa dernière tournée planétaire. Les chiffres font tourner la tête. Le Global Spirit Tour a débouché sur 115 concerts et a rassemblé plus de 3 millions de spectateurs. Le 25 juillet 2018, le parcours du combattant s'achève à Berlin. Corbijn prévient d'emblée: son film, c'est plus que l'histoire de ce spectacle. C'est celle de six fans dans la foule. Il y a Indra 22 ans, de Mongolie, qui vit avec sa grand-mère dans un appartement communiste. Dicken, à Bogota, en Colombie, qui reste en contact avec ses enfants à travers le groupe de Dave Gahan et de Martin Gore. Ils en font même des reprises bricolées qu'ils postent sur Internet. Christian vient de Roumanie et a grandi dans un pays où tout était contrôlé. En ce compris la musique... Carine, une Perpignanaise, a perdu la mémoire suite à un accident de la route, ne se souvenait de rien d'autre que de Depeche Mode à son réveil et a vaincu la dépression avec les chansons du groupe. Il y a aussi Liz à Los Angeles, une Afro-Américaine qui préfère Depeche Mode au hip-hop. Et enfin Daniel qui a grandi au Brésil dans une famille religieuse d'avocats et qui est homosexuel. Tour à tour, entrecoupés par des extraits du gigantesque concert en question (notamment une reprise du Heroes de Bowie, Just Can't Get Enough ou encore Personal Jesus), ils racontent leur vie, leur découverte de Depeche mode, leur relation à Gahan et compagnie, ce qu'ils signifient dans leur existence. Spirits in The Forest célèbre les vertus fédératrices de la musique, son impact sur les gens et achève une deuxième partie de soirée entièrement consacrée par Arte au gang de Basildon (Essex). À 22h35, la chaîne franco-allemande diffuse en effet Depeche Mode 101, un classique du rockumentaire pour lequel D.A. Pennebaker (Don't Look Back en 1967, Ziggy Stardust and The Spiders from Mars en 1973) a suivi le groupe britannique lors de sa tournée américaine de 1988.