Derrière chaque grand homme se cache une femme (même plusieurs parfois). Alfred Hitchcock n'a pas échappé à l'adage. "J'ai pu constater que l'homme ne peut pas vivre uniquement du meurtre. Il a besoin d'affection, d'approbation, d'encouragements et, parfois, d'un bon repas", décl...

Derrière chaque grand homme se cache une femme (même plusieurs parfois). Alfred Hitchcock n'a pas échappé à l'adage. "J'ai pu constater que l'homme ne peut pas vivre uniquement du meurtre. Il a besoin d'affection, d'approbation, d'encouragements et, parfois, d'un bon repas", déclarait-il avec son légendaire comique à froid alors qu'il tenait à remercier quatre personnes lors d'une allocution devant l'American Film Institute en 1979. "La première est une monteuse, la deuxième, une scénariste, la troisième, la mère de ma fille Patricia, et la quatrième, une cuisinière émérite capable d'accomplir des miracles aux fourneaux." Ces quatre femmes ne sont qu'une. Le roi du suspense parle d'Alma Reville, celle avec laquelle il a partagé ses joies et ses peines, sa vie et son art. Le documentaire de Laurent Herbiet brosse ici le portrait du réalisateur à la ronde silhouette. Ce fils de commerçants festifs qui aimaient l'humour noir et les histoires grivoises. Mais parallèlement, il raconte son double. Cette femme qu'il rencontre à 22 ans dans les studios londoniens d'Islington. Née un jour après lui, le 14 août 1899, Alma y travaille depuis ses seize ans comme monteuse, assistante à la réalisation, et parfois comédienne. Un docu particulièrement bien ficelé et monté. Avec un tas d'extraits de films et d'images d'archives.