Aussi appelées NPS, nouveaux produits de synthèse, ces drogues des temps modernes, puissantes et bon marché, se vendent sous des noms marrants dans des emballages colorés (genre Frizzy Pazzy, souviens-toi) et, à la faveur d'un vide juridique, peuvent être commandées en toute légalité sur le Web. Une "bénédiction" pour une génération Internet en quête d'euphorie (comme toutes celles qui ont précédé). Le documentaire bien foutu de Neumann et Stangl, auquel on reprochera juste ses séquences illustrées pas très heureuses, lève le voile sur ces produits fabriqués de façon artificielle et industrielle tout aussi dévastateurs, voire souvent plus, que nombre de substances interdites. Les NPS seraient aux joints d'autrefois ce que la Formule 1 est à une calèche tirée par des chevaux. Interpellant.

DOCUMENTAIRE DE LUTZ NEUMANN ET ADRIAN STANGL.

Ce vendredi 8 janvier à 22h25 sur Arte.

Aussi appelées NPS, nouveaux produits de synthèse, ces drogues des temps modernes, puissantes et bon marché, se vendent sous des noms marrants dans des emballages colorés (genre Frizzy Pazzy, souviens-toi) et, à la faveur d'un vide juridique, peuvent être commandées en toute légalité sur le Web. Une "bénédiction" pour une génération Internet en quête d'euphorie (comme toutes celles qui ont précédé). Le documentaire bien foutu de Neumann et Stangl, auquel on reprochera juste ses séquences illustrées pas très heureuses, lève le voile sur ces produits fabriqués de façon artificielle et industrielle tout aussi dévastateurs, voire souvent plus, que nombre de substances interdites. Les NPS seraient aux joints d'autrefois ce que la Formule 1 est à une calèche tirée par des chevaux. Interpellant.