Sitcom spatial, grosse production satirisant La Croisière s'amuse, Titanic et Star Trek, la nouvelle création d'Armando Iannucci n'atteint pas la grandeur comique de son chef-d'oeuvre politiquement incorrect Veep. Parodie des croisières au lon...

Sitcom spatial, grosse production satirisant La Croisière s'amuse, Titanic et Star Trek, la nouvelle création d'Armando Iannucci n'atteint pas la grandeur comique de son chef-d'oeuvre politiquement incorrect Veep. Parodie des croisières au long cours, du capitalisme, de l'esprit corporate, des nouveaux riches et des raccourcis de la science fiction, Avenue 5 raconte un Costa Concordia du futur, orbitant autour de Saturne, commandé par un capitaine incompétent (Hugh Laurie, Dr House) et piloté par une femme à poigne au langage sans filtre (Lenora Crichlow) qui, suite à un bête incident, doit dériver trois ans avant de revenir sur Terre. Dans un huis-clos qui se sent obligé de lâcher 30 gags à la minute, il y a forcément des creux. Des moments de drôlerie aussi, pas mal de critique sociale, des gros stéréotypes et des perruques un peu lourdingues. Certains se trémousseront d'aise à voir un couple de bourgeois se déchirer dans des dialogues à la sulfateuse, d'autres se lasseront des running gags poussifs et de l'injonction permanente à la rigolade potache.