Pourtant, l'idée de faire revenir à l'écran Hubert Bonisseur de la Bath, nom de code OSS 117, espion français héros des romans populaires de Jean Bruce (parus entre 1949 et 1963), ne semblait pas des plus prometteuses. L'angle choisi par Hazanavicius sauve tout: conserver le premier degré colonialiste, voire raciste, en tout cas peu enclin à l'autocritique, des bouquins, et s'en amuser en le décalant avec ironie. Dujardin est parfait dans son personnage plein de morgue, s'exposant à un ridicule d'autant plus hilarant qu'il est involontaire. Une certaine idée de la France y est passée à la moulinette d'un comique irrésistible.

COMÉDIE DE MICHEL HAZANAVICIUS. AVEC JEAN DUJARDIN, BÉRÉNICE BÉJO, AURA ATIKA. 2006.

Ce lundi 6 avril à 20h00 sur Club RTL.

Pourtant, l'idée de faire revenir à l'écran Hubert Bonisseur de la Bath, nom de code OSS 117, espion français héros des romans populaires de Jean Bruce (parus entre 1949 et 1963), ne semblait pas des plus prometteuses. L'angle choisi par Hazanavicius sauve tout: conserver le premier degré colonialiste, voire raciste, en tout cas peu enclin à l'autocritique, des bouquins, et s'en amuser en le décalant avec ironie. Dujardin est parfait dans son personnage plein de morgue, s'exposant à un ridicule d'autant plus hilarant qu'il est involontaire. Une certaine idée de la France y est passée à la moulinette d'un comique irrésistible.