Le rendez-vous est fixé au Volta, le nouveau hub culturel alternatif installé dans une ancienne usine, du côté de la Petite Île, à Anderlecht. C'est là que Zwangere Guy a commencé à répéter ses prochains concerts. Horaire serré, planning soutenu, le rappeur est au charbon. Et à dire vrai, c'est plutôt rassurant: lors des premières interviews données du côté néerlandophone, Gorik van Oudheusden de son vrai nom semble avoir systématiquement accueilli les journalistes avec une bonne gueule de bois, à peine remis de la fête de la veille. "Ah oué? C'est vrai que depuis que le disque est sorti, je suis passé par une sorte de sas de décompression, comme un bloc qui est tombé de mes épaules. Et du coup..." Il se met à murmurer: "...J'ai un peu fait la fête!", avant de partir dans un de ces énormes rires démoniaques dont il a secret.
...