C'est un peu la fable du scorpion et de la grenouille. Rappelez-vous: le premier demande l'aide de la seconde pour traverser la rivière. Mais alors que le duo est au milieu de l'eau, le scorpion ne peut s'empêcher de piquer mortellement le batracien, condamnant l'équipage. "Je n'y peux rien, c'est dans ma nature", se justifia alors le scorpion, avant de se noyer avec la grenouille. Quelque part, la fable pourrait s'appliquer aux Young Fathers. Au moment de rentrer en studio pour enregistrer son troisième album, le trio écossais avait un objectif clair: mettre ses penchants expérimentaux en sourdine et se montrer plus concis, plus direct. En d'autres termes, faire un disque plus "pop". Sorti au début de l'année, Cocoa Sugar est peut-être bien, en effet, leur effort le plus "accessible". Pour autant, cela ne l'empêche pas de continuer à cultiver une certaine esthétique tordue. Ici, les mélodies les plus évidentes se fracassent sur des rythmes industriels, les choeurs les plus chaleureux se transforment vite en complaintes angoissées.
...