YASMINE HAMDAN, YA NASS, DISTRIBUÉ PAR CRAMMED. ****

Yasmine Hamdan (lire l'interview dans le Focus du 12 avril) a raison, d'autant que son arabe libanais sonne comme un inédit des Mille et Une Nuits. Sensuel et ouvert à toutes les hypnoses. La production de Marc Collin trouve la bonne distance entre ressacs acoustiques et programmations des treize titres parfumés. Alors, la musique et Yasmine voyagent: du sublime mélo Beirut au dance-floor esquissé de Nediya, d'un classique égyptien de Mohammed Abdel Wahab (La mouch) au romantisme du Liban seventies (Bala Tantanat). Avec une force mélancolique qui vaut bien celle de Cesaria, ce qui n'est pas peu dire.