Il existe une essence rare: les concerts qui laissent en mémoire une trace au-delà du visuel et du sonore. Un vortex de sensations profondes que le temps ne défait pas. En retrouvant quelques antiques dias prises au passage des Young Gods le 9 octobre 1989 à l'AB Club, la madeleine proustienne surgit. Un truc sismique, une hypnose tribale partagée avec le public bruxellois, où les morceaux du second album du trio, L'Eau rouge, semblent être des bouts de matière tronçonnés à même le son. Des bacchanales électroniques en 3D. Avec l'impression que The Young Gods -trio de la petite ville suisse de Fribourg- sont des cousins démilitarisés de Front 242 avec lesquels ils partagent semblable rage scénique. Quasi 30 ans plus tard, on montre les photos à Franz Treichler, chanteur-guitariste des "Jeunes Dieux", et tout revient dans l'instant: la fin des chaotiques années 80, le sampling roi, la vague indie-industrielle, l'énergie folle d'une musique communautaire qui va aussi chercher le spectateur, l'enrobe et l'emporte. C'est d'ailleurs une histoire de sentiments qui vaut aux Young Gods d'être invités en ce 4 février dans la belle salle du Depot de Leuven -et la veille à Utrecht- au 20e anniversaire des Flamands carnassiers de Triggerfinger. Paul, le bassiste homme-montagne de ces derniers, explique le lien: "On a souvent croisé The Young Gods au fil des tournées et des festivals. Je ne les connaissais que de nom et je me demandais pourquoi on parlait si bien d'eux. Et puis, j'ai assisté à un de leurs concerts et j'ai trouvé ça..." Le silence et le regard veulent juste dire "bluffant". Au même moment, Franz Treichler et ses partenaires, le batteur Bernard Trontin et l'électronicien Cesare Pizzi, règlent le soundcheck. Un équipement minimaliste et trois musiciens passe-muraille -cela change quand le concert démarre- aux antipodes de leur gargantuesque musique. Interrogé à propos de la sortie d'Outside en 1995, à la suggestion de l'influence de Nine Inch Nails sur l'album, Bowie avait répondu que ce n'était pas les Américains de Trent Reznor qui avaient marqué son travail, mais bien "trois types suisses baptisés The Young Gods".
...