Entre la défense sur les planches du deuxième Moaning Cities et les auditions pour se trouver un nouveau batteur, ses aventures musicales sans frontières avec Phoenician Drive et l'organisation du Stellar Swamp, un festival psychédélique plus si bruxellois que ça, Valérian Meunier a été ces derniers mois un homme fort occupé. La rançon du succès. D'une imagination et d'une curiosité que le garçon a plutôt du genre débordantes. Oreilles et tempérament voyageurs. Sa troisième Psych Fest (le Stellar Swamp a vu le jour en 2015), Valérian l'inaugurera le 17 février à Charleroi, dans les murs de l'Eden. "Une soirée off en amont de l'événement, résume-t-il. On se demande d'ailleurs si on ne va pas à l'avenir glisser vers quelque chose d'un peu plus large qu'un festival."
...

Entre la défense sur les planches du deuxième Moaning Cities et les auditions pour se trouver un nouveau batteur, ses aventures musicales sans frontières avec Phoenician Drive et l'organisation du Stellar Swamp, un festival psychédélique plus si bruxellois que ça, Valérian Meunier a été ces derniers mois un homme fort occupé. La rançon du succès. D'une imagination et d'une curiosité que le garçon a plutôt du genre débordantes. Oreilles et tempérament voyageurs. Sa troisième Psych Fest (le Stellar Swamp a vu le jour en 2015), Valérian l'inaugurera le 17 février à Charleroi, dans les murs de l'Eden. "Une soirée off en amont de l'événement, résume-t-il. On se demande d'ailleurs si on ne va pas à l'avenir glisser vers quelque chose d'un peu plus large qu'un festival."Outre son week-end de concerts, le "Marais stellaire" proposera cette année une Blackout Session à l'Atelier 210. Comprenez, une écoute dans le noir du Ege Bamyasi de Can. Et la projection au cinéma Galeries de La Planète sauvage. Le fameux dessin animé de science-fiction expérimental, psychédélique et philosophique signé René Laloux. Il sera même associé à une expo, La danse du vide, et à un fanzine du Castle Collective. "Le Stellar Swamp a rapidement bénéficié de bons retours. L'année dernière, on a attiré 400 personnes en moyenne par jour. Mais on reste un festoche de découvertes qui pioche dans le réseau alternatif psychédélique au sens large." Un festoche, cette année, sans Américain. Mais qu'importe vu la qualité et la variété que propose depuis quelques temps maintenant l'Europe en la matière. "C'est vrai. Et ce ne sont pas juste des groupes qui suivent la mode US avec deux ou trois ans de retard. Ils revisitent plutôt leur héritage. Comme en France, où je constate un revival sixties avec l'influence de Vannier, Gainsbourg, De Roubaix. Ou dans d'autres pays où on va sentir, par exemple, le poids du kraut."Entre les Hollandais de Rats on Rafts et de Radar Men from the Moon, les Mancuniens d'Underground Youth et les Italiens de Giöbia, la sensation flamande Hypochristmutreefuzz et l'électronicienne berlino-turque Basak Günak, alias Ah! Kosmos, Valérian jouera à la fois cette année avec Moaning Cities et les excitants Phoenician Drive, qu'on avait déjà repérés au 210 en première partie de Forever Pavot. "Ce projet est né il y a deux ans à l'initiative de Diego (Moscoso, NDLR), un ancien coloc, percussionniste, qui joue dans une fanfare balkanique. Il voulait mélanger le rock, kraut, psyché, aux musiques méditerranéennes et moyen-orientales. Et il s'est mis à chercher des musiciens pour concrétiser cette idée."Après s'être entouré de Gaspard Vanardois au oud, de Joaquin Bermudez à la guitare flamenco et de Matthieu Peyraud, un bassiste venu du post-punk et de la new wave, il a proposé à Valérian d'y chanter. "J'ai pris ma guitare plutôt psyché avec et je l'ai gardée, sourit-il. Ateliers Claus, Recyclart... On a donné une quinzaine de concerts, dont trois à Paris. Et on a enregistré un EP deux titres. Deux morceaux de 10 minutes chacun qu'on sortira en avril. Une coproduction entre Rockerill Records, Exag et un label de Bristol." Un album? Il n'en est pas vraiment question pour le moment. "Étant donné qu'on est assez nombreux dans le groupe et investis dans pas mal de projets différents, ce sera peut-être mieux d'enregistrer un EP tous les huit ou neuf mois. Xavier "Débruit", du label ICI, qui s'intéresse énormément aux musiques de Grèce, de Turquie, du Moyen-Orient, et a mixé nos deux titres est intéressé à l'idée de nous produire."Entre le Stellar Swamp et ce passionnant projet psychédélique transculturel qu'est Phoenician Drive, on en oublierait presque Moaning Cities. Le groupe emmené par Valérian et sa soeur Juliette a sorti son deuxième album en septembre dernier. Un album intitulé D. Klein. Aucun lien avec Vaya Con Dios. Juste un écho au personnage de la pochette conçue par David Crunelle et à l'ambiance générale d'une société malade. "Mais j'ai une photo de Dani Klein avec notre disque, rigole Valérian. C'est une copine des parents de Greg Exag', notre ancien batteur."Ce disque enregistré du côté de Liège avec Laurent Eyen, alias John Roo, Moaning Cities l'a voulu plus dur. Moins oriental. "Tim était moins dans une phase sitar. Puis, on avait envie de proposer autre chose même si ce n'est pas non plus complètement différent. C'est lié à la musique qu'on a écoutée, à l'univers dans lequel on a baigné. Le sitar est compliqué à sonoriser, à intégrer dans un groupe et un concert de rock. On continuera d'y avoir recours mais en revisitant la manière. Nous ne voulons pas juste utiliser les instruments de façon académique. Nous voulons prendre le contre-pied des formats classiques."Une direction que devrait lui permettre d'emprunter son nouveau batteur, Pierre Lechien (Etienne-Etienne), fan de groupes comme Deerhoof ou Battles. "On a auditionné une dizaine de musiciens en décembre. Des musiciens venus de milieux parfois fort différents. "C'est marrant de jouer toujours la même chose", nous a dit un batteur metal. Pierre ne vient pas du même univers que nous mais il est excité à l'idée de faire des essais de rythmiques, de placements." Welcome in a psych psych world...