Poésie du corps, poésie des mots: Black Dog Painting travaille la souffrance et la crispation. L'esprit saigne à trop penser, le corps s'éreinte à trop bouger. Le noir prend la mesure de l'oubli où la danseuse Frauke Mariën se convulse et s'oublie. Flash émotif. Les synthés, dans l'ombre, dessinent les contours de ce tableau sans toile. Les voix en finissent l'ébauche.

Téléchargement gratuit du morceau ici : http://www.blackdogpanting.com/