Floreffe, ses 8.114 âmes, ses trois éditions des années septante du folkeux Temps des cerises et son actuel Esperanzah! installé depuis 2002 dans une abbaye des XVIIe-XVIIIe siècles perchée sur un promontoire. L'accès en est escarpé: une centaine de mètres pour accéder à la première scène Alpha, trois fois plus pour atteindre l'agora principale, le Jardin. L'engagement durable du festival débute aux chiottes sèches par une jeune fille qui vous tend une feuille -deux si on insiste- de papier présumé recyclé. Une distributrice humaine d'essuie-cul: merci d'ainsi contribuer à l'emploi wallon. Autres engagements: les affichages un peu partout du SACHA, la Safe Attitude Contre le Harcèlement et les Agressions en Milieu Festif. Sur l'une de leurs toiles revendicatives, il est écrit "Je suis venu à Esperanzah! pour l'affiche. Pas pour me faire traiter de biche." Une (?) anonyme a clashé le truc d'un "J'adore mon vag...