C'est d'ailleurs ce qui épate dans ce 4e album de Sam Amidon, cette absence d'égo et cette humilité. Cela ne veut pas dire que le chanteur américain (1981, Brattleboro, un coin paumé du Vermont) en devient transparent. Reprenant une série d'airs traditionnels du folklore américain, il émane de l'album un naturel touchant, qui le sauve en outre de toute entreprise passéiste. Pas de lamentation non plus ici: le folk de Sam Amidon dégage une étrange sérénité, le calme après avoir accepté la tempête (à défaut de l'avoir domptée). Y compris quand il se pique d'une reprise, méconnaissable, de... Mariah Carey (Shake It Off).

Sam Amidon, Bright Sunny Youth, distribué par Nonesuch/Warner. En concert le 26/08 aux Feeerieen, Bruxelles.

C'est d'ailleurs ce qui épate dans ce 4e album de Sam Amidon, cette absence d'égo et cette humilité. Cela ne veut pas dire que le chanteur américain (1981, Brattleboro, un coin paumé du Vermont) en devient transparent. Reprenant une série d'airs traditionnels du folklore américain, il émane de l'album un naturel touchant, qui le sauve en outre de toute entreprise passéiste. Pas de lamentation non plus ici: le folk de Sam Amidon dégage une étrange sérénité, le calme après avoir accepté la tempête (à défaut de l'avoir domptée). Y compris quand il se pique d'une reprise, méconnaissable, de... Mariah Carey (Shake It Off).