Après l'annulation du week-end de concerts prévu sur la plaine de Kiewit à Hasselt en 2011, les festivaliers avaient reçu comme compensation des tickets boisson et nourriture valables jusqu'en 2014. En 2012, lors de l'édition suivante du festival, un million de ces tickets de compensation aurait été utilisé, créant un manque à gagner d'1,6 million d'euros au total, selon Chokri Mahassine, membre de l'organisation. Le coût réel serait même plus élevé, puisque l'utilisation de ces bons gratuits s'est certainement accompagnée d'un nombre d'achats de tickets boisson et nourriture moins important que prévu.

Pour les éditions 2013 et 2014, une réserve de 3,79 millions d'euros a également été prévue dans le budget de l'asbl organisatrice pour éponger les conséquences de la tempête dévastatrice. Cela comprend entre autres des frais d'avocats, et d'éventuels remboursements réclamés par quelque 350 spectateurs refusant la compensation mise en place par le festival.

Sur trois ans, les coûts occasionnés par l'édition 2011 devraient donc atteindre environ 5,5 millions d'euros.

Après l'annulation du week-end de concerts prévu sur la plaine de Kiewit à Hasselt en 2011, les festivaliers avaient reçu comme compensation des tickets boisson et nourriture valables jusqu'en 2014. En 2012, lors de l'édition suivante du festival, un million de ces tickets de compensation aurait été utilisé, créant un manque à gagner d'1,6 million d'euros au total, selon Chokri Mahassine, membre de l'organisation. Le coût réel serait même plus élevé, puisque l'utilisation de ces bons gratuits s'est certainement accompagnée d'un nombre d'achats de tickets boisson et nourriture moins important que prévu. Pour les éditions 2013 et 2014, une réserve de 3,79 millions d'euros a également été prévue dans le budget de l'asbl organisatrice pour éponger les conséquences de la tempête dévastatrice. Cela comprend entre autres des frais d'avocats, et d'éventuels remboursements réclamés par quelque 350 spectateurs refusant la compensation mise en place par le festival. Sur trois ans, les coûts occasionnés par l'édition 2011 devraient donc atteindre environ 5,5 millions d'euros.