On imagine la confrontation des accents: celui de Bobby Gillespie (Glasgow 1962), un Anglais sonnant comme du germain dévoyé, et puis l'autre de Tom Dowd (Manhattan 1925-Miami 2002), des graves portés par le plaisir inné de faire traîner la syllabe. "Lorsqu'on a rencontré Primal Scream, le seul vrai problème qui s'est posé a été d'essayer de comprendre ce que Gillespie et les autres disaient", dixit le batteur Roger Hawkins qui, avec le bassiste David Hood, forment la fameuse section rythmique de Muscle Shoals embauchée pour l'occasion. L'échange prend place à l'été 1993 lorsque Primal Scream, emmené par Gillespie, s'installe aux Studios Ardent de Memphis avec la ferme intention d'y boucler un album en compagnie de Mr Dowd. Le groupe écossais sort de la tournée Screamadelica, succès international applaudissant le mix rock'n'roll-acide-gospel-dub d'une époque encore lourde en brouillards lysergiques. Rincé de fatigue, Primal Scream essaie bien fin 1992 de regrouper ses énergies fondues en studio à Londres, mais c'est la banquise créative. D'où la thérapie de tenter l'Amérique via un producteur taillé dans son mythique costume. ...