Il est assis face à la console son. Concentré sur son écoute. D'un coup, il se retourne: "Les gars, c'est énorme. Mais je n'ai aucune idée de comment je vais pouvoir vendre ça." Lui, c'est Mathias Widtskiöld, fondateur du label bruxellois Mottow Soundz qui ne compte certes qu'une dizaine d'artistes à son catalogue (La Muerte, Romano Nervoso ou Moaning Cities), mais qui fonctionne uniquement au coup de coeur. Un de ces enthousiastes purs et durs, qui finance son label à l'ancienne, sur la durée avec des contrats pour plusieurs albums même pour les plus "petits" groupes, comme My Diligence dont il est question ici. En 2019, une situation impensable, un véritable eldorado pour un groupe en développement, une chance dont My Diligence est bien conscient.
...