Manset, un ovni qui fait du bien

16/11/18 à 15:49 - Mise à jour à 15:50
Du Le Vif/L'Express du 08/11/18

A bord du Blossom, le septuagénaire explorateur vogue vers les paradis perdus. Racontant d'exotiques plaisirs disparus, ponctués d'une paire de chansons aux thèmes contemporains.

On ferme les yeux et le voilier grand format sillonne déjà les eaux turquoise et lointaines de destinations aux noms d'évanescences parfumées: Alao, le portail des Samoa américaines ou encore ce confetti de mer des Balabac séparant les Philippines de la Malaisie. Les mots - santal, anachorète ou madrépore - semblent, eux aussi, chercher les confins de la langue française, et même si Manset n'est pas le premier à citer les goémons en chanson, - Ferré et Gainsbourg l'ont précédé -, sa boussole reste ici aussi personnelle que magnétique. Déconcertante dans une époque codifiant le voyage comme la sédentarité, de tropismes obligés. A bord du Blossom est d'abord un récit musical conçu comme pourrait l'être une rêverie audio éveillée, un inédit des Histoires de l'oncle Manset. Où les images pour garnir la pochette, sont des illustrations anciennes, en partie contemporaines de Frederick William Beechey (1796 - 1856), navigateur et géographe anglais, inspirateur d'un voyage réel ici réimaginé par Manset. La voix de celui-ci, plus grave dans les passages récitatifs calés entre les parties chantées, se charge d'une émotion supplémentaire. Friable patine au lustre émotionnel, la voilà soutenue par des vagues de cordes allant et venant selon le ressac narratif.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires