Ca ne se voit pas tout de suite. Mais Loud peut difficilement renier ses origines. Ce n'est pas seulement une question d'accent. Casquette invariablement retournée, cheveux mi-longs, le rappeur québécois attend dehors, assis sur des marches, à la sortie de la Gare centrale, à Bruxelles. Il pourrait se fondre sans difficulté dans le décor s'il n'y avait cette vague dégaine slacker, et ce regard un peu las, qui, bien plus que d'un film de banlieue français, lui donnent l'air de sortir d'un long métrage de Larry Clark. Francophone, certes, Loud est aussi nord-américain.
...