"On ne court pas après les emmerdes et les plans foireux. Ce sont plutôt les emmerdes et les plans foireux qui nous adorent." Avec Le Villejuif Underground, rien ne se passe jamais vraiment comme prévu. Le soir de notre rencontre par exemple, après qu'on les a abandonnés passablement imbibés dans le froid en train de manger des fricadelles génétiquement modifiées au milieu de la nuit à la terrasse d'un snack gantois, Nathan Roche, le chanteur australien du groupe du Val-de-Marne, terminait la nuit au poste. "J'ai jeté une chaise pour rigoler et je suis parti. Mais deux minutes plus tard, Antonio (Beltran, le claviériste du Villejuif) m'a envoyé un message: "Nathan, tu dois te cacher. Le patron du snack veut te tuer. Il devient dingue. "C'était ridicule. Donc, je suis retourné là-bas. Le mec prétendait que j'avais cassé le carreau de sa caisse. Ils ont appelé les flics qui m'ont embarqué au commissariat." Chaise musicale ou plutôt électrique, clap deuxième. Quelques jours plus tard, au Mans, un gilet jaune balance un siège dans la vitrine de l'endroit où ils doivent jouer. Concert annulé.
...